Quotas CKD/SKD : Renault Algérie recadré

Renault

Le cas de l’entreprise de montage automobile Renault Algérie « ne présente pas de problème particulier » concernant les modalités de quotas des kits CKD/SKD, a affirmé la ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, qui précise encore que « le dossier Renault Algérie se présente de façon très conforme ».

Renault Algérie avait menacé de suspendre ses activités si les quotas des kits CKD/SKD ne sont pas revus à la hausse pour lui permettre de se hisser à la hauteur exigée, mise en garde repoussée par l’Etat algérien qui est actionnaire à hauteur de 51% de cette entreprise, et qui a déjà fait de très larges concessions et donné de nombreux avantages à Renault en matière d’exonérations fiscales et de droits de douanes.

Ce que souhaite l’Etat algérien aujourd’hui de la part du concessionnaire français, qui a engrangé de gros bénéfices depuis son installation en Algérie, c’est d’arriver à taux d’intégration nationale respectable et sérieux, notamment pour l’année 2020, c’est aussi – et surtout – de générer de la croissance et de la création d’emplois, ainsi qu’un développement du tissu de sous-traitants locaux.

Il est vrai que Renault Algérie avait récemment éloigné la fermeture de son usine d’Oran, faisant savoir que ses stocks de kits CKD/SKD, allaient s’épuiser à compter de novembre prochain, mais semble encore attendre des avantages du gouvernement.

LIRE AUSSI Business: Bedoui normalise les relations avec la Suisse

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Azzedine Mihoubi: élaboration du programme de la campagne - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.