Quand Ould Kaddour défend le bilan de Chakib Khelil

Le nouveau patron de la Sonatrach a étonné les participants au 18ème sommet international du pétrole, qui s’est tenu à Paris.
après avoir développé les défis et les opportunités de l’industrie des hydrocarbures en Algérie, Ould Kaddour a déclaré qu’en matière d’exploration, la compagnie nationale qu’il dirige avait enregistré de bons résultats, mais que les découvertes restaient modestes: « En moyenne, nous avons 30 découvertes de taille moyenne par an depuis 2010 », a-t-il précisé.
En analysant cette déclaration, on dira que depuis le départ de Chakib Khelil, en 2010, il n’y a eut aucune découverte importante.
Certes, si on se fie aux investissements consentis par Youcef Yousfi dans l’exploration, qui se chiffrent par milliards de dollars, on dira que le ratio dépenses/découvertes est de loin le plus faible de l’histoire du pétrole algérien.
Mais, si on doit revenir au bilan de Chakib Khelil en matière d’exploration, on est en droit de demander quelles sont les grandes découvertes réalisées?. Aucune.
Après Hassi Messaoud, Hassi R’mel et les autres bassins connus, l’Algérie n’a développé aucun bassin nouveau, à l’exception de Berkine. Mais, là aussi, il faut dire que cette découverte est antérieure à l’arrivée de Chakib Khelil.
Quand un patron de la Sonatrach est incapable de remémorer l’histoire de chaque champ pétrolier et gazier, il n’a qu’à se tenir loin des grands débats sur les réalisations de chacun des responsables qui se sont succédés à la tête de l’entreprise et du secteur de tutelle.

LIRE AUSSI Report du lancement de l’usine Iveco de Bouira