Protection sociale: atelier sur l’informel en Afrique

Un atelier de travail regroupant des experts africains dans le domaine de l’emploi et de la sécurité sociale s’est ouvert mardi à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale (Alger).

Inauguré par le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, en présence du secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Said,

d’experts de l’Union Africaine (UA) et de représentants du Bureau international du travail (BIT) en Algérie, cet atelier permettra aux participants de réfléchir sur les mécanismes d’extension de la protection sociale aux travailleurs du secteur informel et de débattre de la sécurité sociale des non-salariés.

A cette occasion, M. Zemali a affirmé que cette rencontre de quatre jours s’inscrivait dans le cadre de la coopération avec le BIT et l’UA, et de la poursuite de la mise en £uvre du programme de coopération sud-sud pour les pays d’Afrique dans les domaines du dialogue social et de la protection  sociale.

LIRE AUSSI Alger Smart ville: 200 chercheurs de retour au pays

Il a ajouté que cette rencontre qui verra la participation d’experts et de spécialistes dans le domaine du travail et de la protection sociale de huit pays africains, abordera « les préoccupations du continent africain concernant notamment l »extension de la protection sociale au secteur informel et la sécurité sociale des non-salariés, avec un focus particulier sur le secteur de l’artisanat et des métiers vu sous l’angle de la stratégie de l’UA ».

Zemali a rappelé que l’Algérie a consacré d’importantes ressources financières au profit des secteurs chargés du développement personnel, notamment l’éducation, l’enseignement et la santé, ainsi que les enveloppes financières consacrées aux transferts sociaux qui témoignent que la justice sociale et la solidarité nationale sont les deux piliers de la politique de l’Etat ».

LIRE AUSSI Sami Koli: le gaz provoque 1,3 millions d’accidents

A ce titre, le ministre a indiqué que le budget proposé pour l’année 2018 comprenait « 1.760 milliards de dinars alloués aux transferts sociaux, soit un montant en hausse de 8% par rapport à 2017 », relevant que « ces ressources financières seront destinées au soutien aux familles, à l’habitat, à la santé, ainsi qu’à la subvention des prix des produits de première nécessité ».

Le système algérien de sécurité sociale comprend « toutes les branches prévues par les conventions internationales, avec deux régimes unifiés, le régime des travailleurs salariés et le régime des travailleurs non-salariés », a noté le ministre, soulignant que le secteur de la sécurité sociale recensait « plus de 12.5 millions d’assurés sociaux, en plus des ayants droits, soit plus de 36 millions de bénéficiaires ».

Pour sa part, l’expert au sein de la commission de l’UA sur le travail, l’emploi et la sécurité sociale, Omar Diop, a passé en revue la situation des travailleurs dans les pays africains, affirmant que les pays de la région oeuvraient à augmenter le taux de la protection sociale à 20% à l’horizon 2023 au profit des travailleurs du secteur informel. M. Diop a salué à cette occasion le soutien de l’Algérie à ces pays africains.

LIRE AUSSI Projets publics: la levée du gel se fera selon la priorité