Procès Hamel : levée de l’audience

hamel

La présidente de la section des délits au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, a levé lundi l’audience au 4ème jour du procès de l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, de son épouse et de ses fils, pour sa reprise demain mardi.

La séance d’aujourd’hui a été consacrée aux plaidoyers des avocats de certains accusés à l’instar de l’ancien wali d’Oran, Abdelmalek Boudiaf dont les avocats ont rejeté toutes les charges qui lui sont assignées, affirmant que leur mandant n’avait aucune relation avec les investisseurs et que l’étude des dossiers et l’octroi des privilèges ne relevaient pas de ses prérogatives, ajoutant qu' »il n’avait reçu aucun appel de la part de Abdelghani Hamel ou de ses enfants ».

Dans le même cadre, le collectif de défense d’anciens responsables locaux poursuivis pour dilapidation de deniers publics et abus de fonction ont plaidé l’innocence de leurs mandants, qualifiant les réquisitoires du Procureur de la République d' »infondés ». Il s’agit de l’ex-directeur de la Régie foncière de la ville d’Alger,  Maachi Fayçal, de l’ancien directeur de l’Industrie par  intérim de la wilaya d’Oran, Khaldoun Abderrahim, et de l’ancien directeur des domaines de la wilaya d’Oran, Maalam Samir, du Chef du service technique à l’Agence foncière d’Alger, Hmirat Djelloul,  le cadre à la Direction des domaines à la wilaya d’Alger, Chenine Nacer et l’ex directeur des domaines de la wilaya de Tipasa, Bouamrane Ali.

La défense de l’accusé Bali Ali, promoteur immobilier, a requis l’acquittement de son mandant poursuivi pour délivrance d’une attestation de travail falsifiée à la fille de l’accusé principal, Chahinaz Hamel.

LIRE AUSSI Startup: instauration d’un cadre juridique propices à l’innovation

Le Procureur de la République avait requis, dans la matinée, vingt (20) ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel et de son fils Amiar assortis d’une  amende de huit (08) millions DA avec confiscation de leurs biens.

Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed a requis également une peine de quinze (15) ans de prison ferme à l’encontre de ses autres enfants, Mourad, Chafik et Chahinaz et dix (10) ans de prison à l’encontre de son épouse, Annani Salima, assortis d’une amende de huit (8) millions de dinars chacun.

Dans la même affaire dont le procès a débuté mercredi dernier, le Procureur de la République près le même Tribunal a requis des peines de 15 ans et de 12 ans  de prison assortis d’une amende de 08 millions DA à l’encontre des Ex walis de Tipasa et de Tlemcen, respectivement Ghellaï Moussa et Zoubir Bensebane poursuivis également dans cette affaire, et requis dix (10) ans de prison assortis d’une amende de huit (8) millions de dinars à l’encontre des ex walis d’Oran Abdelghani Zaalane et Abdelmamlek Boudiaf.

Dans le même cadre, le Procureur de la République a requis une peine de dix (10) ans de prison assortis d’une amende d’un (01) million DA à l’encontre de l’ex-directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), Mohamed Rehaimia et l’ex directeur des domaines de la wilaya de Tipasa, Bouamrane Ali. 

Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed a requis également une peine de huit (08) ans de prison ferme à l’encontre de l’ex-directeur de la Régie foncière de la ville d’Alger, Maachi Fayçal, l’ancien directeur de l’Industrie par intérim de la wilaya d’Oran, Khaldoun Abderrahim, et l’ancien directeur des domaines de la wilaya d’Oran, Maalam Samir.

LIRE AUSSI Urgent: le président Tebboune prononcera un discours

Une peine de huit (08) ans de prison a été requise à l’encontre du Chef du service technique à l’Agence foncière d’Alger, Hmirat Djelloul et Chenine Nacer, un cadre à la Direction des domaines à la wilaya d’Alger.

Le représentant du ministère public a requis une  peine de 2 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un (1) million Da à l’encontre de l’accusé Bali Ali, un promoteur immobilier.

Concernant les personnes morales représentées par les sociétés poursuivies dans cette affaire, il a été requis à leur encontre une amende de 32 millions Da et la confiscation de tous leurs biens, outre l’interdiction d’exercer une activité économique pour une durée de 5 ans.

1 Rétrolien / Ping

  1. Pétrole: les prix en dessous de 30 dollars - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.