Prix des viandes rouges: un lobby incontrôlable!

viande

Par Rabah Kahouadji

La sempiternelle problématique des prix de la viande rouge en Algérie n’a jamais fait l’objet d’une sérieuse prise en charge ni du ministre de l’agriculture et celui du commerce. La question revient sur la table ,cette fois, du ministre du commerce qui s’obstine à prendre le taureau par les cornes et c’est très bien.
« Une question me préoccupe qui est celle de savoir où sont les 28 millions de moutons dont les maquignons et les professionnels de cette filière ont parlé. Où sont vos promesses de vendre la viande à des prix raisonnables pendant le mois sacré du Ramadhan ?», a publié  le ministre du commerce Kamel Rezig sur sa page Facebook, avant de menacer, directement le lobby des viandes rouges, de mettre à exécution son plan de ramener de la viande du Sud du pays vers le Nord, afin de casser les prix.
Cet avertissement avait été lancé, le 11 février dernier, mettant en garde les éleveurs de recourir à l’importation du cheptel des pays du Sahel,  s’ils demeuraient dans leurs entêtements  à garder haut, leurs prix, surtout pendant le Ramadhan.
Dans ce même sens, il n’a pas hésité a déversé sa colère, à l’encontre de cette catégorie de professionnels de l’élevage sans scrupule. »Je sais maintenant pourquoi vous m’avez combattu lorsque j’ai demandé à ce que la viande sera importée de la région de ces régions  sous prétexte qu’elle était malade », a ajouté Kamel Rezig.
« Dieu a fait que les circonstances particulières dans lesquelles nous vivons présentement  m’ont empêché de concrétiser ce projet d’importation de la viande rouge, toutefois,  si Dieu le veut, après la fin de cette épidémie, je relancerai le projet de transporter à nouveau la viande du sud vers le nord » a-t-il encore déclaré.
Mais en attendant, le citoyen lambda continue de subir le diktat de ces pseudo-professionnel du marché de la viande, d’ailleurs qui ont toujours agit dans l’impunité totale depuis belle lurette.

Mystérieux recensement

Quand au mystérieux recensement  de 28 millions de têtes d’ovins en Algérie, qui a intrigué le ministre, ce dernier  s’est engagé à prendre en charge cette question pour vérifier la véracité de ce chiffre qui ne reflété gère la cherté des prix des différentes catégories de viande rouge dans notre pays.
Pour rappeler l’issue  d’une rencontre organisée en février dernier avec les représentants des éleveurs et des importateurs des viandes rouges, le ministre du commerce a fait état du lancement de «concertations avec les différents intervenants et acteurs de la filière de production des viandes rouges, y compris les éleveurs, les importateurs et les propriétaires des abattoirs et des chambres froides des différentes wilayas, et ce, en ,notamment durant le mois de Ramadhan.
Aussi, M. Rezig a déclaré que la mission du ministère «ne consiste pas à déterminer les prix», mais ses efforts portent à «trouver des solutions de régulation du marché et assurer la disponibilité des viandes rouges à des prix acceptables, par souci de préserver le pouvoir d’achat du consommateur».
Auparavant,  le ministre du Commerce a indiqué que les éleveurs devaient vendre le kilo de viande à 800 DA, dans le cas contraire, il les a menacés de faire recours à l’importation de la viande des pays du Sahel.

1 Rétrolien / Ping

  1. Boumer des : Les rapatriés des Émirats quittent l’IAP - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.