Privatisée en 2006 : Le Président Tebboune ordonne la récupération de l’une des usines des kouninef

Le Président de la République a chargé le ministre du Commerce de :

– La recherche d’une solution immédiate pour engager le transfert de propriété de l’usine de Jijel de production de l’huile de table suite aux jugements définitifs rendus contre les anciens propriétaires, et à accélérer sa remise en production.

Cette usine a été privatisée en 2006. Les sociétés Cogral d’ Alger et Cgro d’Oran, leur ont été cédées, dans le sillage de la privatisation de l’ex-société publique Sogédia de production d’huile de table en 2006.  Les Kouninef ont obtenu entre 2012 et 2013, des concessions portuaires à Alger et Oran, pour les besoins de l’extension des deux usines de production de l’huile. Ils ont bénéficié, dans le cadre d’un regroupement avec une société égyptienne du projet de viabilisation des parcs industriels de Aïn Ouessara et de Ksar El Boukhari. Ils ont également obtenu des marchés dans le secteur hydraulique entre 2002 à 2018, d’une valeur de 145 milliards de dinars.

Ainsi, le 02 janvier dernier, le juge de la première chambre pénale de la cour d’Alger a rendu son verdict dans l’affaire des trois frères Kouninef, Reda, Tarek-Noah et Abdelkader-Karim, ainsi que le gérant du groupe KouGC, Keddour Ben Tahar, réputés proches du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Ces derniers sont poursuivis dans diverses affaires de corruption, dont le financement occulte de la campagne électorale pour le 5e mandat de Bouteflika, en compagnie des directeurs généraux des ports d’Alger et de Djen Djen(Jijel) ainsi que des cadres de l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière(Aniref) et le secrétaire général du ministère des Ressources en eau. Dans son jugement, le président de l’audience a confirmé les peines prononcées en première instance à l’encontre des principaux accusés. Jugé pour «trafic d’influence», «blanchiment d’argent» et «obtention d’indus avantages», Reda Kouninef a écopé d’une peine de 16 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de dinars. Son frère Tarek a été condamné à 15 ans de prison ferme et une amende de 8 millions de dinars.

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis