Presse: invendus, tirages gonflés et salaires faramineux 

presse

Le paysage de la presse écrite est appelé à changer de visage. L’opération d’assainissement annoncée par le nouveau P-dg de l’ANEP, Larbi Ouanoughi, est en cours a fait savoir ce dernier tout en indiquant clairement qu’elle devra indubitablement passer par un «assainissement total de l’ANEP notamment en matière d’octroie de publicité à des journaux fictifs».

Invité  jeudi dernier par la chaîne de télévision El-Hayat, Ouanoughi a usé de mots sans détours pour évoquer l’ANEP qu’il qualifie carrément de «nid de la corruption», auteur de «dépassements dangereux» dans cette agence qui détient le monopole de la publicité étatique avant de révéler   que cet organisme est actuellement ciblé par une enquête déclenchée par les services de l’IGF (Inspection générale des finances), et la gendarmerie nationale. «Je soutiens les agents de la brigade de la gendarmerie de Bab Jdid qui enquêtent actuellement sur des journaux qui percevaient de la publicité de l’ANEP sans qu’ils ne soient édités». Il révèle aussi que  «certains patrons de journaux ne daignaient même pas récupérer leurs journaux auprès des imprimeries publics, ils prenaient quelques exemplaires qu’ils envoyaient à la Bibliothèque nationale et à l’ANEP pour justifier la parution du journal (…) ces patrons ne sont pas intéressés par le métier de la presse mais par la publicité et l’argent qu’elle génère».

  Une correspondance officielle a été d’ailleurs récemment adressée par le ministre de la communication aux imprimeries, les instruisant de ne pas imprimer les journaux  dont l’identité des responsables n’est pas connue.  Ouanoughi rappelle enfin que la majorité des titres imprimés n’est pas distribuée. «Il y a des journaux qui ont fait perdre au pays des dizaines de millions de dollars dans l’importation du papier sous prétexte de gonfler le tirage et de se targuer d’être premier journal du pays », a-t-il encore dit, en déplorant le taux excessif d’invendus des six quotidiens publics.

A combien s’élèvent ces taux ? Combien d’invendus ? Quelle est la situation réelle dans laquelle se trouvent plongés ces organes mais aussi tous les autres titres qui composent le paysage  médiatique actuel ?  Pour répondre à toutes les interrogations qui se posent sur le sujet, eBourse a décidé d’enquêter et de révéler à ses lecteurs les terribles anomalies constatées dans le monde médiatique. Les résultats de ces investigations seront publiés régulièrement mais aussi en fonction de la disponibilité de l’information.

LIRE AUSSI Post-Corona: les types de relations qui prédominent le monde

1 Rétrolien / Ping

  1. Groupe HTT: un don d'une journée de travail - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.