Présidentielle : dur, dur est le chemin d’El Mouradia pour les candidats

élection

Pour leur premier jour de campagne, les candidats au Palais d’El Mouradia se sont vite retrouvés face aux dures réalités du terrain politique ; un terrain d’autant plus biaisé qu’il met en jeu, en arrière-plan, les réticences d’une partie des jeunes qui continuent à exiger des choses, sans en définir les nuances, ni en mesurer le coût.

C’est face à une telle rigidité que les cinq candidats ont dû faire face ; et tous ont tous exhorté les Algériens à se rendre massivement aux urnes pour contribuer à l’allègement des coûts de la solution à la crise que traverse le pays et surmonter l’impasse actuelle.

Depuis Adrar, Abdelaziz Belaid a appelé les Algériens à aller voter massivement, soutenant que l’élection présidentielle est « l’unique solution à la crise ». « L’Algérie appartient à tous les Algériens et aucune solution ne peut être envisagée sans les Algériens », s’engageant, s’il est élu président, à « instaurer la nouvelle République qui permettra à l’Algérie de sortir de la crise économique et politique » actuelle.

Azzedine Mihoubi, le candidat du Rassemblement national démocratique a souligné à Adrar, la nécessité de « consacrer la volonté du peuple à travers une élection libre et transparente ». « Il est inconcevable qu’un grand pays tel que l’Algérie, avec son histoire et les sacrifices de son peuple, demeure sans institutions légitimes », a-t-il affirmé.

A Tlemcen, le président du parti Talaie el Hourriyet a exhorté les Algériens à participer à l’élection du 12 décembre pour « éviter l’aggravation de la crise que vit l’Algérie », mettant en garde contre « la non-tenue de cette élection ».

Il a souligné la nécessité de renouer les liens de la confiance entre les gouvernants et les gouvernés, plaidant une nouvelle fois pour « le dialogue et le bannissement de la violence, sous toutes ses formes ».

Le président du Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina qui a choisi de lancer sa campagne électorale depuis Alger, choisissant la Grande poste, lieu emblématique des manifestations hebdomadaires, comme rampe de lancement, et comme pour se réclamer du hirak.

LIRE AUSSI Vidéo: l’attachement de Aziz Belaid à la légalité