Présidentielle du 12 décembre : opération zéro fraude

charfi

Si durant vingt longues années, la fraude – non pas uniquement électorale, mais aussi sur tous les plans : Education, onction publique, recrutement, examens, etc.- avait été un sport national, il est désormais possible de s’en affranchir. Concernant la Présidentielle du 12 décembre, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) Mohamed Charfi, estime même que « la fraude relèvera désormais du domaine de l’impossible ».

Outils, moyens techniques et procédures hermétiques seront adoptées en prévision de la prochaine Présidentielle et le système informatique qui sera utilisé pour la surveillance et l’assainissement des listes du corps électoral, pour aboutir à zéro fraude et « reléguer la fraude au domaine de l’impossible ».

Charfi ne tari pas d’éloges sur l’efficacité des procédures relatives à la surveillance de la Présidentielle du 12 décembre prochain, assurant que le système informatique qui sera piloté par des experts en informatique, et pense que « personne n’oserait une tentative de fraude », avec ce qui sera assuré comme procédures préventives dans ce sens.

En vue de conférer la transparence et l’intégrité à cette élection, il sera procédé à la révision de plusieurs aspects relatifs au scrutin, à travers la prise de nouvelles mesures, comme à titre d’exemple, le changement des procès-verbaux.

Charfi estime que l’objectif derrière la Présidentielle prochaine est « au-dessus des conceptions de certains individus », affirmant que la Présidentielle « constituera une plate-forme solide pour les échéances électorales futures », comme elle représente « la base du changement du régime qui n’a eu de cesse de compter sur les méthodes corrompues et disperser les coalitions devant la primauté de maigres intérêts ».

LIRE AUSSI Mondiaux d’Athlétisme de Doha- Mobilis encourage le Champion Taoufik Makhloufi