Phosphates pillés: les Sahraouis gagnent le 1er tour dans le dossier judiciaire

Les juges de la Haute Cour à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, ont jugé ce matin que la cargaison présente à bord du navire NM Cherry Blossom est
Aujourd’hui en Afrique du Sud les juges ont statué que l’arraisonnement du NM Cherry Blossom le 1er mai 2017 était correcte.

Le peuple du Sahara Occidental a ainsi franchi le premier obstacle dans le processus légal destiné à valider leur propriété d’une cargaison de minerai de phosphate que le Maroc a essayé d’exporter du territoire qu’il maintient sous occupation.

« Le jugement de la CIJ est clair : le Maroc n’a aucun droit à la souveraineté sur le Sahara Occidental. Sa revendication résultant de son occupation du territoire est incompatible avec le statut de territoire non autonome du Sahara Occidental. De plus, il a acquis le contrôle du territoire par la force. Ceci, comme moyen d’acquérir la souveraineté, est contraire au droit international coutumier », ont déclaré les juges. (Traduction non officielle)

Le tribunal a décidé que le shérif a « reçu l’ordre et l’autorisation de retirer les documents d’enregistrement et les certificats de négociation du navire » jusqu’à ce que le cas soit réglé.

L’OCP, une compagnie nationale marocaine, affirme avoir le droit d’exporter du phosphate du territoire du Sahara Occidental. De nombreux investisseurs ont désinvesti des importateurs mondiaux parce qu’ils sont exactement de l’avis contraire. Maintenant, ces investisseurs ont le soutien du tribunal sud-africain.

« C’est un moment historique pour le peuple sahraoui et nous espérons que le jugement final contribuera à la protection de nos ressources naturelles, dont nous avons besoin pour reconstruire notre pays et offrir une vie digne à notre peuple après des décennies de conflit, d’exil et de souffrance » a déclaré Kamal Fadel, représentant du mouvement de libération Polisario en Australie, dans un commentaire à Western Sahara Resource Watch.

Les entreprises néo-zélandaises prétendent avoir le droit d’importer les marchandises en représentant faussement un document du conseiller juridique de l’ONU de 2002. La compagnie importatrice Ballance Agri-Nutrients a systématiquement utilisé à tort l’avis des Nations Unies en ignorant que les habitants du Sahara Occidental doivent consentir à de telles opérations. Toutes les questions à Ballance concernant la recherche du consentement sont restées lettres mortes. Ballance n’a pas répondu aux questions des courriers de WSRW de 2015, 2016 et 2017 sur sa fausse représentation de l’avis de l’ONU.

« L’OCP et Phosboucraa ne prétendent pas avoir extrait le phosphate au Sahara Occidental avec le consentement du peuple du territoire. Ils ne prétendent pas et ne peuvent le prétendre au nom de ce peuple. Leur prétention à extraire le phosphate au profit du peuple est contestés par la RASD et le Front Polisario : la plupart des Sahraouis vivent à l’est du mur ou dans les camps de réfugiés en Algérie, ceux qui peuvent bénéficier de l’extraction du phosphate ne sont pas le « peuple du territoire » mais, plus probablement, les colons marocains », a déclaré le tribunal sud-africain.

La Nouvelle-Zélande est le deuxième importateur de minerai de phosphate exportée illégalement. Les importations de la Nouvelle-Zélande sont couvertes par le rapport WSRW P pour Pillage, publié le 25 avril 2017.

source WSRW