Pétrole: le brut de l’Opep termine le mois de janvier à plus de 54 dollars

Pétrole: le brut de l’Opep termine le mois de janvier à plus de 54 dollars

Pétrole: le brut de l’Opep termine le mois de janvier à plus de 54 dollars

Le panier de l’Opep, constitué de prix de référence de 13 pétroles bruts, dont le Sahara Blend algérien, a terminé le mois de janvier écoulé à plus de 54 dollars, selon les données publiées ce lundi, par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Le panier de l’Opep, constitué de prix de référence de 13 pétroles bruts, dont le Sahara Blend algérien, a terminé le mois de janvier écoulé à plus de 54 dollars, selon les données publiées ce lundi, par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

«Ce panier de référence de l’OPEP (ORB), introduit en 2005 s’est établi à 54,41 dollars le baril vendredi dernier (29 janvier), contre 50,24 dollars le 31 décembre 2020», précise la même source.

L’ORB avait débuté le mois écoulé à 51, 35 dollars avant de se situer entre 50 et 54 dollars.

Il avait enregistré son plus haut niveau, le 13 janvier dernier, en s’élevant à 55, 81 dollars, ce qui représente sa plus importante progression enregistrée depuis le début de la crise du marché mondial de l’or noir impacté par la pandémie du Covid-19 avec la chute de la demande.

Cette progression des prix des pétroles brut de l’Opep intervient dans un contexte d’amélioration des prix du brut malgré les inquiétudes autour d’une reprise durable de la demande.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars, dont c’est le dernier jour de cotation, a gagné 35 cents, ou 0,6%, pour clôturer à 55,88 dollars vendredi dernier, tandis que le baril américain de WTI pour le même mois a reculé de 14 cents, ou 0,3% pour terminer à 52,00 dollars.

L’amélioration des cours de l’or noir a débuté en novembre dernier avec les premières annonces de vaccins contre le Covid-19 début novembre.

Le Brent et le WTI ont touché le 13 janvier des plus hauts inédits en plus de huit mois et demi, à respectivement 57,42 dollars et 53,93 dollars le baril. Mais, les mesures de restrictions appliquées dans plusieurs pays du monde dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 pèsent toujours sur la reprise de la demande mondiale de pétrole.

C’est dans ce contexte que l’Opep et ses alliés poursuivent leur efforts pour assurer une stabilité du marché pétrolier international, et ce à travers l’application d’une réduction importante de leur production d’or noir qui est de l’ordre de 7,2 millions de barils par jour (mbj) en janvier, 7,125 mbj en février puis 7,05 mbj en mars.

Y.M

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis