Pêche et aquaculture: repenser l’activité économique sur le littoral algérien

pêche

Par Rabah Kahouadji

Dans certaines régions d’Algérie, la vie sur le littoral subit de plein fouet l’aggravation de l’érosion côtière, la fréquence accrue des inondations et une démographie galopante. Car les villes côtières ne cessent de s’étendre, même si la montée du niveau des océans menace leur existence.

La Méditerranée atteint un point de non-retour en raison de la surpêche, de la pollution marine, de l’élévation du niveau de la mer et du réchauffement. Alors qu’elle se réchauffe deux à trois fois plus vite (a) que la moyenne mondiale, il est indispensable et urgent de repenser l’activité économique sur le pourtour méditerranéen.

L’Algérie est fortement concernée et  s’y emploient, en collaboration avec le Groupe de la Banque mondiale, dans le cadre d’un nouveau programme baptisé « MENA BLUE ». Ce programme dédié au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord (MENA) a pour but d’aider les pays à renforcer la résilience et l’adaptation de leurs littoraux grâce à l’économie bleue (a) : il s’agit de soutenir une croissance économique durable tout en préservant les écosystèmes côtiers et marins dont dépendent les populations.

Si la situation ne s’inverse pas, les deux secteurs essentiels pour l’économie de ces région, en l’occurrence  le tourisme et la pêche, ces derniers  seront de plus en plus affectés par l’aggravation de la pollution marine, le réchauffement des eaux, l’extraction illégale de sable et l’urbanisation côtière incontrôlée. Globalement, la Méditerranée est ainsi menacée par la forte pollution de ses eaux, conséquence du tourisme de masse et de la mauvaise gestion des déchets.

MENA BLUE s’appuie sur des interventions et des partenariats régionaux existants, tels que l’initiative West Med pour l’économie bleue, l’Union pour la Méditerranée et l’Union du Maghreb arabe, entre autres. Ayat Soliman, directrice régionale Développement durable de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, souligne l’importance de cette initiative : « Si nous travaillons de concert pour trouver des solutions d’adaptation au changement climatique, nous contribuerons à protéger les communautés de l’extrême pauvreté. »

LIRE  AUSSI Présidentielle: le taux de participation national