Ouyahia: la défense fait un forcing pour passer la présidentielle

justice

Déjà reporté une première par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger), sur demande du collectif de défense des prévenus, au motif que les conditions nécessaires au procès n’étaient pas réunies, le procès d’anciens responsables et d’hommes d’affaires accusés dans des affaires de corruption, risque un second et dernier  report.

Le collectif de défense dans lequel il y avait beaucoup d’absents, a fait encore mercredi 4 décembre un forcing, argumentant des manquements procéduraux, pour obtenir le procès des deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal qui devait se tenir au tribunal de Sidi Mhamed et concernant les affaires et les entourloupes liées au montage automobile, un dossier qui a fait couler beaucoup d’encre jusque-là.

Outre le fait d’avoir à instruire trois affaires distinctes liées dans un même dossier, les avocats de la défense ont encore menacé de boycotter l’audience afin de pousser le juge à prononcer le report du procès à une date ultérieure.

Outre les deux anciens premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, deux anciens ministres de l’industrie sont également accusés d’abus de fonction, octroi d’indus avantages et dilapidation d’argent public, et qui sont Mahdjoub Bedda et Abdeslam Bouchouareb. Baïri, Mazouz, Arbaoui, etc. qui étaient parmi les bénéficiaires de ces entourloupes sont également cités dans le dossier comme témoins, du moins dans un premier temps.

LIRE AUSSI Automobile : Yousfi enfonce le Conseil d’Investissement

1 Rétrolien / Ping

  1. Campagne électorale/J18 : au-dessus de la mêlée - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.