Mustapha Guitouni: un scandale impardonnable

 

L’inauguration ce matin de la conférence-exposition sur la transition énergétique qui se déroule à la Safex a vu le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni lire une lettre au nom du président de la République devant un parterre composé de centaines de personnes : ministres, anciens ministres, walis, PDG d’entreprises algériennes et étrangères ainsi que des journalistes. Et ce, avant que le service de communication de son département ministériel ne demande aux journalistes de restituer les copies de la lettre qui leur avaient été distribuées arguant qu’il y avait erreur et cela était plutôt le discours du ministre de l’énergie Mustapha Guitouni. Guitouni a donc été berné par les organisateurs puisque la présidence de la République n’a pas validé la proposition de la lettre soumise à approbation. Et, comble de l’amateurisme, il ne l’a su qu’après avoir lu ce message au nom du président. Or, s’il y a fort à parier que Guitouni paiera cet impair, c’est surtout le refus de la présidence de cautionner cette activité du FCE de Ali Haddad –un proche du frère cadet du président et aussi du Premier ministre Ahmed Ouyahia qui, dans un premier temps, devait  inaugurer cette conférence-exposition avant que le programme ne soit changé pour que la mission échoit au ministre de l’Energie–, qui suscite le plus d’interrogations dans ce contexte de quasi-vacance du pouvoir à la présidence à cause de l’état de santé du président Bouteflika.  Guitouni  qui s’est précipité à quitter la salle où s’est déroulée la conférence qu’il a inaugurée, tâchant à ce que les médias publics présentent ce qu’il a lu comme message du président de la République comme un discours du ministre de l’énergie qu’il est, devrait  ainsi croiser les doigts pour que cet incident protocolaire à la limite de l’usurpation ne prenne pas plus d’ampleur…

LIRE AUSSI FCE: un grave cas de récidive