Mojikho: la version algérienne de la réussite

S’il est un produit qui fait buzz en ce moment à Alger, c’est bien le Mojikho, une version algérienne de la célèbre boisson Mojito.

A l’origine de cette innovation, cinq jeunes étudiants qui décident de produire un jus de fruit 100% naturel. A part l’eau minérale, aucun additif n’est ajouté à la boisson qui est livrée avec plusieurs variantes de fruit.

Après une période de simulation, le groupe dirigée par Mehdi Arbi, lance officiellement les produits Mojokho, une marque désormais propre à ces jeunes entrepreneurs.

A partir du seul atelier de Ain Allah (Delly Brahim, Alger), le groupe développe, depuis octobre 2016, une capacité de production allant jusqu’à 800 litres par jour.

Mehdi et ses copains ont développé toute la chaîne de fabrication, allant de la conception de l’étiquette jusqu’au choix de l’emballage. Des bouteilles de 25 cl et d’autre d’une capacité de 1 litre pour la version familiale.

LIRE AUSSI Freehali.com: le carrefour du génie algérien

Le réseau de distribution est, quant à lui, bien étudié. Dans la mesure où le produit est périssable au-delà  de 48 heures, les jeunes producteurs ne se hasardent pas à distribuer aléatoirement leur Mojikho. La production est subordonnée à la commande, qui est prise en compte la veille, en provenance des restaurants, des pizzerias, des fast-foods et autres salles de sports.

Outre le génie de ces prodiges, le Mojikho est apprécié d’abord par sa spécificité bio et surtout produit du terroir. Mantoudj Bledi. Les jeunes algérois en raffolent.

Projets expansionnistes

Mehdi et sa bande ne compte pas se cantonner dans le secteur d’Alger qu’il commence à conquérir. « Nous sommes déjà en phase de test à Annaba », dit-il. « Nous allons installer un autre atelier dans cette belle ville de l’est du pays et la production du Mojikho commencera bientôt », ajoute-t-il.

En quelques mois seulement, avec peu de moyens mais beaucoup de passion, ces jeunes étudiants devront s’immiscer dans un monde où seule la grande industrie résiste. C’est la preuve que l’algérien est capable de rivaliser avec la difficulté et vaincre l’adversité.

LIRE AUSSI Projet de l’usine de l’Ohanet: mystérieux retour de KBR à Sonatrach