Mohamed Rabah (Sabqpress): l’argent sale menace l’information

sabqpress

C’est une nouvelle étape dans le parcours sulfureux du député Baha’Eddine Tliba. Après avoir été accusé par le média en ligne arabophone, Sabqpress, la page facebook associée a été désactivée par l’administration du réseau social. Mohamed Rabah, est catégorique, c’est le député Tliba qui a mené cette opération.  Il a bien accepté de répondre à nos questions.

Votre page facebook a été désactivée. Qui est derrière cette opération? Comment allez-vous résoudre le problème?

La désactivation de la page facebook liée au site d’information Sabqpress est intervenue à la suite d’un grand volume de signalement de cette page par des internautes. C’est du moins le motif avancé par l’administration de facebook.

Nous n’avons pas d’ennemis et nous ne sommes pas en conflit avec quiconque. Nous publions seulement des news et couvrons les événements.

L’information que nous avons publié en premier, relative à l’enregistrement audio attribué au député Baha’ Eddine Tliba dans lequel il appelait à la violence et au sabotage, est la cause principale de cette réaction, selon notre analyse.

Il a été procédé à la désactivation de certaines pages que nous gérons à partir de celle-ci. De même, facebook a désactivé les pages associées à des sites d’informations locale de Annaba, qui ont repris la même information relative à El Hadjar. Pareil pour les pages de certains activistes qui ont diffusé cette information.

Ceci renforce notre accusation envers le député Tliba, qui est connu pour ses comportements mauvais et vils.

Par ailleurs, je suis en possession, en tant que journaliste, d’informations selon lesquelles Tliba exploite un réseau d’activistes sur facebook pour faire chanter des citoyens et des responsables.

Est-ce que vous avez déposé une plainte?

Suite à la désactivation de notre page, nous avons publié un article dans lequel nous avons accusé nommément le député Tliba et nous avons lancé une alerte en direction de services spécialisés afin de mener des investigations.

Je pense personnellement que le député incriminé se cache derrière l’immunité pour se rendre auteur d’actes illégaux qui portent atteinte à l’intérêt général de la société.

vie publique.Je pense également que l’ouverture d’une enquête dans cette affaire ne nécessite pas le dépôt d’une plainte. Car, les enregistrement audio, que nous avons présenté au public, sont des matériaux solides pour motiver l’ouverture d’une enquête transparente.

Comment analysez-vous cette situation où l’argent sale empêche la liberté d’expression?

Le plus dangereux n’est pas la domination de l’argent sur l’information, mais plutôt la guerre menée par l’argent sale contre les organes d’informations honnêtes. Nous sommes face à une situation dangereuse dans laquelle un représentant du peuple est accusé de prendre en otage, un complexe industriel appartenant à la nation. Cet homme veut également éliminer tous ceux qui jettent la lumière sur les questions qui intéressent l’opinion publique.

LIRE AUSSI Square Port Said: les cours du 18 septembre 2018