Mobilis: un P-dg inerte

mobilis

L’opérateur historique de la téléphonie mobile est pratiquement en phase de paralysie, en raison de l’inertie du P-dg de l’entreprise.

Des cadres de Mobilis ont tenté d’attirer l’attention des autorités, il y a quelques semaines, à travers un sit-in qu’ils ont observé à l’entrée de l’immeuble qui abrite la direction générale.

Nommé dans la foulée de la panique qui s’est abattue sur Mobilis, à la veille des arrestations des cadres accusés de corruption ou de mauvaise gestion, l’actuel P-dg de l’entreprise commence à se comporter en empereur.

Il ne signe rien de significatif et empêche l’entreprise d’avancer et de se plonger dans la lancée qu’elle a amorcée avant sa venue à la tête de son management.

Aujourd’hui, les clients de Mobilis observent une dégradation du réseau notamment au centre du pays. Et pour cause, l’absence des opérations d’acquisition et de densification du réseau. A titre indicatifs, 150 sites destinés à Alger ont hiberné pendant plus de deux mois dans les entrepôts sous douane.

L’opérateur historique enregistre également un retard important dans la prise en charges des problèmes d’énergie sur le réseau. Le contrat lié à cet aspect a été signé depuis plusieurs mois mais l’exécution est insignifiante. Et, du coup, cette situation a amené à une absence d’ondulation de 300 sites uniquement sur Alger.

Le plus impressionnant dans la gestion du P-dg de Mobilis est cette audace de procéder au recrutement de complaisance dans la catégorie des cadres supérieurs. Cette logique risque de déstabiliser l’entreprise et surtout de casser la cohésion entre ses cadres qui ont fait d’elle un leader incontestable dans la région du Maghreb.

Le départ du P-dg de Mobilis est devenu une nécessité absolue pour sauver l’entreprise qui fait la fierté des algériens. Et s’il compte sur ses relations pour se maintenir au poste, il peut continuer à rêver….

LIRE AUSSI SOTRAVIT (Ex-ONCV): marchés de l’emballage