Micro-entreprises: nouvelles mesures pour les émigrés

Du nouveau pour les jeunes émigrés. Ils sont désormais éligible aux dispositifs de facilitation à la création de micro-entreprises.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali a fait état, mercredi à Alger, de nouvelles facilitations en faveur des jeunes de la communauté nationale résidant à l’étranger (émigrés) pour les encourager à créer des micro-entreprises en Algérie.

Dans une déclaration à la presse en marge de l’ouverture du Salon national de l’Emploi « SALEM 2018« , le ministre a indiqué que plusieurs nouvelles facilitations ont été introduites par le biais de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) et la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) au profit des jeunes de la communauté nationale résidant à l’étranger pour les encourager à créer des micro-entreprises en Algérie.

Il s’agit notamment de la suppression du document attestant de leur situation de chômage qui constituait auparavant l’une des conditions pour l’accès aux mécanismes des dispositifs de soutien à l’emploi pour la création de projets, a-t-il précisé, ajoutant que les banques algériennes ont entamé l’ouverture d’annexes dans certains pays, ce qui facilitera aux jeunes le financement de leurs projets.

Le ministre a rappelé l’existence de 60 micro-entreprises créées par des jeunes issus de la communauté nationale à l’étranger dont 50 dans le cadre de l’ANSEJ et 10 autres dans le cadre de la CNAC.

Par ailleurs, le ministre a fait savoir que 90% des micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs de soutien à l’emploi sont « réussies », tandis que 10% ont échoué ou font face à des problèmes d’insolvabilité.


LIRE AUSSI Soutien à l’emploi: une facture de 1.000 milliards de DA


M. Zemali a ajouté, dans le même sens, que les crédits accordés aux jeunes pour la création de leurs micro-entreprises dans le cadre de l’ANSEJ ont été payées à hauteur de 84%.

Soulignant qu’un grand nombre des micro-entreprises créées au titre des dispositifs d’aide à l’emploi ces dernières années concernent les secteurs de l’agriculture, l’industrie, le tourisme, l’artisanat et les technologies de l’information et la communication, le ministre a précisé que 67% de ces entreprises sont l’oeuvre de jeunes diplômés de la formation professionnelle.

Par ailleurs, il a indiqué que le nombre de demandeurs d’emploi au niveau de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) augmente annuellement de 6%, estimant que la lutte contre le chômage et la création de postes d’emploi se fait à travers l’investissement dans le secteur économique par la création de projets.


LIRE AUSSI BAG: un seul fournisseur algérien


En marge de ce salon, une convention cadre a été signée entre la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) établissant des accès entre les deux organismes en utilisant les technologies modernes pour permettre aux banques de s’informer de la position de l’investisseur en matière d’assurance sociale.

Affirmant que cette convention vise à « moderniser l’administration » et « alléger les démarches du dossier d’investissement », le ministre a ajouté qu’elle s’inscrit en outre dans le cadre « des efforts de l’Etat pour l’assainissement du climat d’affaires ».

LIRE AUSSI Sonatrach: la BA confirme les chiffres d’e-bourse