MFE: recrutement de 260 travailleurs aux mines de Ouenza et Boukhadra

mines

Les mines de fer de Ouenza et Boukhadra relevant de la Société des mines de fer de l’Est (MFE) qui approvisionnent le complexe sidérurgique Sider El Hadjar (Annaba) vont recruter pas moins de 260 nouveaux travailleurs « avant fin 2019 » , a annoncé dimanche à Tébessa la ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt.

La ministre a indiqué que 260 nouveaux travailleurs seront recrutés « avant la fin de l’année en cours » et la liste finale des recrus sera affichée le 25 octobre prochain afin qu’ils puissent rejoindre leurs postes et bénéficier des stages de formation aux techniques en vigueur pour l’extraction du fer brut », destiné à l’usine d’El Hadjar (Annaba).

Djamila Tamazirt a aussi relevé que le recrutement de ce nombre « important » de travailleurs pour les mines de Ouenza et Boukhadra permettra de résorber le déficit en main d’œuvre enregistré après les départs à la retraite et les démissions de nombreux agents et cadres depuis 2017, suite à la non régularisation de leurs situations et des conditions de travail.

Après avoir reçu des explications détaillées sur l’activité des deux mines qui approvisionnent le complexe Sider El Hadjar en matière première, la ministre a relevé l’importance de la préservation de la cadence de travail adoptée depuis près de 10 jours pour atteindre une moyenne de production de 7.000 tonnes/jour nécessaire pour garantir l’activité de production du complexe sidérurgique et reconstituer ses stocks.

Mme Tamazirt a affirmé, dans le même contexte, la nécessité de « dépasser » les problèmes socioprofessionnels qui ont causé les arrêts de travail et perturbations des mois de février et avril passé et réduit le niveau de production de l’année en cours, appelant à « multiplier les efforts pour rattraper ce déficit ».

Une vaste opération d’entretien des équipements de ces deux mines a été, par ailleurs, engagée en coordination avec la Société de maintenance de l’Est.

L’usine d’El hadjar (Annaba) a connu de nombreuses perturbations au cours des derniers mois, en raison du manque d’approvisionnement en minerai.

LIRE AUSSI Jacques Chirac : le dernier « parrain » de la « françalgérie » s’en va