Méga-projets agricoles: les leçons des précédents échecs

Agriculture

La création de grandes fermes agricoles tout en les accompagnants d’un tissu d’unités agro industrielles de la transformation des produits agricoles dans les régions du Sud et des Hauts plateaux du pays est une volonté politique que l’Etat algérien veut traduire concrètement sur le terrain.

Pour ce faire, une batterie de mesure incitatives est prévu dans le cadre du plan d’action du gouvernement prévoit l’incitation à l’investissement dans les grands projets agricoles dans des zones surtout sahariennes qui sont techniquement aptes à accueillir de tels investissements agricole et agro-industrielles.

Cependant, cela doit de réaliser avec le concours  et la promotion du partenariat national et étranger. Par ailleurs, le gouvernement désire également  soutenir le développement des capacités de stockage sous froid et les centres de conditionnement partout sur le territoire algérien.

Parallèlement, les pouvoirs publics s’attelleront à accompagner les investisseurs dans leurs démarches  et autres opérations liées à l’acte de produire par  le renforcement de l’encadrement professionnel et interprofessionnel des filières agricoles et agroalimentaires ainsi que le soutien à la professionnalisation des entreprises exportatrices par une mise à niveau et un accompagnement rapproché pour développer un marketing soutenu en direction des marchés extérieurs.

Néanmoins,les leçons doivent être retenues s’agissant des polémiques qui ont suivi  l’échec des précédents projets de partenariat ,notamment avec des étrangers à l’image du fameux méga-projet d’El Bayadh dont  le président du conseil d’affaires algéro-américain avait lui-même reconnu en 2018 qu’il  n’avait pas abouti soulignant que les erreurs commises dans le cadre de ce partenariat en souffrance serviront de repères pour les projets à venir.

LIRE AUSSI Mobilis: un P-dg inerte