Matières premières : Les métaux industriels évoluent sans direction forte

sidérurgie

Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont évolué en ordre dispersé cette semaine, le marché reprenant son souffle après un été mouvementé.

Le cuivre a légèrement remonté tout comme le nickel, l’étain, le plomb et le zinc tandis que l’aluminium a un peu reculé.

Le plomb a touché vendredi son plus haut en un mois et demi à 2.515 dollars la tonne.

« Dans l’ensemble, les métaux de base sont en phase de consolidation. Le nickel et le cuivre risquent de reculer encore un peu avant d’atteindre un niveau stable », ont résumé les analystes de UniCredit.

« Une des raisons de la baisse est que les métaux ont perdu un soutien de taille. Les investisseurs financiers spéculatifs se désintéressent du marché, comme l’ont montré les statistiques du LME et celles du CFTC (Commodity Futures Trading Commission, régulateur américain des marchés de matières premières, ndlr) », ont noté les analystes de Commerzbank.

« Les échanges ralentissent par ailleurs car va commencer la semaine d’or en Chine », ont-ils ajouté.

En Chine continentale, les marchés seront fermés toute la semaine prochaine en raison de la fête nationale du 1er octobre.

– Le rebond du cuivre ne convainc pas –

Le cuivre se ressaisissait légèrement, mais les analystes semblaient sceptiques sur la capacité du métal rouge à retoucher son plus haut depuis fin 2014 atteint début septembre.

« Nous voyons plusieurs facteurs qui pourraient tempérer la hausse du cuivre », ont estimé les analystes de Barclays, qui citent notamment le Congrès du parti communiste chinois, qui pourrait réguler les secteurs industriels qui utilisent du cuivre, l’essoufflement du secteur immobilier et la crainte d’une hausse de l’inflation en Chine.

« Nous nous attendons à ce que les prix se stabilisent autour de 6.500 dollars et restent à ce niveau en 2018 », ont jugé les analystes de UniCredit.

– Le nickel indonésien abonde –

La tonne de nickel a atteint mercredi 10.215 dollars, à son plus bas depuis plus d’un mois et demi avant de se ressaisir vendredi.

« Nous estimons que la situation fondamentale devrait faire baisser les prix à court terme et les empêcher de remonter à plus long terme », ont résumé les analystes de Commerzbank.

« Il y a de plus en plus de nickel disponible en provenance de l’Indonésie. Selon les données des douanes, la Chine a importé 580.000 tonnes de ce pays, un plus haut depuis mars 2014. Et les exportations indonésiennes de minerai de nickel devraient encore augmenter, car les autorisations données par le gouvernement restent largement non utilisées », ont-ils prévenu.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6.523,50 dollars vendredi à 13H35 GMT, contre 6.456 dollars le vendredi précédent à 14H05 GMT.

L’aluminium valait 2.131 dollars la tonne, contre 2.151 dollars.

Le plomb valait 2.501 dollars la tonne, contre 2.483 dollars.

L’étain valait 20.846 dollars la tonne, contre 20.575 dollars.

Le nickel valait 10.665 dollars la tonne, contre 10.545 dollars.

Le zinc valait 3.159 dollars la tonne, contre 3.049,50 dollars.