Maroc: une mobilisation sur ton de guerre

marocain
Le Royaume Maroc mène actuellement une action psychologique pour faire oublier, à ses sujets, le marasme qui a été accentué par la crise sanitaire.
Une presse à deux Dirhams dévalués vient de lancer des alertes sur l’intention des responsables algériens de mener un conflit armé direct avec le Maroc. Les porte-voix du Makhzen focalisent sur le discours haineux envers l’Algérie, à partir du projet de l’amendement de la Constitution où figure un article sur la possibilité d’impliquer l’Armée Nationale Populaire dans un conflit armé, en dehors de nos frontières.
Obéissant, au lobby sioniste, le Maroc intègre cette campagne de dénigrement, d’abord dans une action de mobilisation interne ayant pour objet, le détournement de l’attention sur les problèmes internes et surtout pour tenter de déstabiliser la première puissance militaire de la Région.
Contrairement au Maroc, Etat corrompu et corrupteur grâce aux revenus de la drogue, l’Algérie est un pays faiseur de paix et de défense des Droits des Peuples. Même l’ONU lui reconnaît son statut de médiateur pour le règlement des conflits.
Contrairement à l’Algérie, le Maroc, ce Royaume expansionniste s’ingère dans les affaires internes de pays souverains. Ce n’est pas l’Armée algérienne qui a participé dans l’agression du Yémen, mais plutôt, les FAR de sa majesté.
Le Makhzen a omis de dire que la question relative à l’ANP sera soumise souverainement au verdict populaire, contrairement au Maroc qui met le Palais Royal et les somptueux annexes, à la disposition des puissants Lobbys sionistes. Les épouses de ces lobbyistes et autres hommes politiques étrangers reçoivent, en cadeau, les célèbres caftans marocains.Mieux encore, ils sont transportés vers le Maroc par l’avion royal.
Cette question du rôle de l’Armée algérienne dans le contexte international, inquiète les puissances néo-colonialistes qui font bouger le Maroc pour déstabiliser un pays et jeter l’anathème sur un président élu démocratiquement, et qui a décidé de revenir vers le peuple algérien pour décider des missions et attributions de son Armée.
Aucun officier Général de l’Armée algérienne n’est épargné par le Makhzen et sa presse. Ils sont nommément désignés comme le mal de l’Algérie alors que le leur seul soucis est de servir avec dévouement le pays.

Affaire du Consul marocain à Oran : la goutte qui a fait déborder le vase

Le Maroc tente de se dépêtrer comme il le peut dans l’affaire de son désormais ex consul à Oran.  Nacer Bourita, le ministre marocain des affaires étrangères n ‘ a naturellement pas manqué de réagir aux propos du porte-parole algérien de la présidence de la république.

Ce dernier avait indiqué mardi que ce consul était en réalité un agent des services de son pays qui avait «dépassé les limites» en référence aux propos qu’il avait dernièrement tenu à l’égard de l’Algérie. «Nous sommes en pays ennemi» avait-il alors déclarée pour tenter de calmer la colère de ressortissants marocains furieux de ne pas avoir été rapatriés dans cette délicate période sanitaire.

La vidéo retraçant les faits a été qualifiée de montage par les marocains alors que la partie algérienne a fait part de son intention  d’enquêter sur le sujet.  L’affaire en était restée la jusqu’à a ce mardi donc, moment où le porte-parole de la présidence dévoile que l’Algérie avait  «demandé son départ,  nous  avons découvert, ajoute-t-il  que c’était un agent des services de renseignement marocains qui avait été désigné consul à Oran,  la page est tournée ».

Piqués au vif, les marocains ont donc réagi  par la voix de leur MAE qui a naturellement tenté de démentir les propos du porte-parole des autorités algériennes, les qualifiant «d’allégations et d assertions ridicules et sans fondement».  Nacer Bourita a ensuite essayé d’inverser la problématique en déclarant que   «le rappel du Consul a été décidé à l’initiative exclusive du Maroc. A aucun moment, le Royaume n’a reçu, de la part des autorités algériennes, une quelconque demande officielle formelle de rappel de son consul général».

Cette réaction démontre, si besoin en est, la surprise des autorités marocaines face une réaction totalement inattendue.  Jusqu ici, et en règle générale, l’Algérie avait pour habitude de se limiter à des déclarations   pleines de retenues ou formulées en des termes parfois méprisants, elle s’est aussi très souvent gardée de réagir officiellement aux provocations marocaines, joué l’indifférence sauf que cette  fois il en a été autre. La récurrence  des attaques, l’outrecuidance du consul qui a poussé jusqu’à porter la provocation sur le sol algérien ont été cette goutte qui a fait déborder le vase.

LIRE AUSSI Monde du cheval: «Les écuries d’Augias bien nettoyées »

1 Rétrolien / Ping

  1. Ferhat Ait Ali: relance du mégaprojet des phosphates - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.