Marchandises refoulés: les explications du ministère

exportation

Selon le ministère de l’Agriculture, de développement rural et de la pêche,les raisons du refoulement des produits agricoles, depuis le Canada et la Russie,  ne sont pas d’ordre phytosanitaire.

A travers un communiqué diffusé ce lundi, le  ministère a affirmé qu’il était chargé d’encadrer les opérations d’exportation des produits agricoles en « veillant à ce qu’ils répondent aux normes phytosanitaires exigées par le pays d’importation ».

« Dans ce cadre, nos services phytosanitaires ont simplifié les procédures de contrôle en réalisant des prélèvements des échantillons sur sites au niveau des plates formes d’exportation des wilayas exportatrices afin que la marchandise soit admise directement au niveau de point de sortie (port ou aéroport) où le certificat phytosanitaire d’exportation est établi », note le communiqué.


LIRE AUSSI Tassili Airlines: la course à la location de simulateur


Dans le cas où les produits sont jugées « non conformes » à l’arrivée, « une notification parvient systématiquement à nos services » dans laquelle le pays importateur évoque un non respect  des normes en vigueur, ajoute la même source.

A ce propos, le ministère a souligné que durant l’année en cours , « les seuls notifications parvenus à nos services ont concerné deux opérations d’exportation de pattes et de boisson gazeuse expédiées vers le Canada qui a décidé leur refoulement pour cause de non traitement des palettes en bois conformément à la norme internationale 15 relative au traitement de bois d’emballage et non pour des raisons phytosanitaires ».

Par ailleurs, le ministère signale que « tous les produits importés (végétaux et pesticides) font l’objet d’analyses systématiques par les services phytosanitaires aux points d’entrée et à ce titre une quantité de 16 tonnes de pesticides a été refoulée à ce jour en 2018 pour non conformité contre 46 tonnes en 2017 ». 

Quant au bilan des exportations arrêté au 31 mai 2018, le ministère a fait savoir que pas moins de 15 produits ont été exportés pour un volume de prés de 45.000 tonnes contre 34.000 tonnes exportées en 2017.

Les dattes demeurent toujours le produit le plus exporté avec un pourcentage de plus de 83%, note le ministère.


LIRE AUSSI ENAMC: 30% seulement d’intégration


Pour sa part, le ministre du Commerce, Said Djellab, avait indiqué dimanche  avoir instruit ses services de collecter toutes les informations nécessaires sur l’affaire du « refoulement de la marchandise algérienne récemment exportée »,  de collecter les informations nécessaires concernant l’exportateur et de définir les causes du refoulement de la marchandise.

LIRE AUSSI LFB: commande de 20 tonnes d’aluminium