Mandat de dépôt pour Mahdjoub Bedda: KIA, naufrage intégral

Kia

Avec la mise sous mandat de dépôt de l’ancien ministre de l’Industrie, puis des Relations avec le Parlement, Bedda Mahdjoub, après avoir été auditionné par le Conseiller enquêteur près la Cour suprême, c’est un autre gros coup que reçoit le ministère de l’Industrie. Comme déjà dit dans un précédant article, ce secteur coupe-gorge, avec des pouvoirs illimités et la possibilité de faire couler des concessionnaires et de créer une nouvelle oligarchie de concessionnaires, celui qui en avait la charge était placé sur orbite.

Le naufrage de Kia Motors Algérie aura été d’autant plus spectaculaire qu’il n’a duré que le temps d’une illusion, celle de monter des véhicules en Algérie et pouvoir bercer ce rêve de dire « made in Algeria ».

Le dossier de Kia Motors Algerie aura donc été nocif à plusieurs ministres. Tous l’ont aidé, avalisé l’entreprise, tous l’ont propulsé au sommet. Pourquoi ? En contrepartie de quoi ? On le saura au fur et à mesure que la Justice démêle les enchevêtrements, car l’affaire Kia Motors Algérie n’a pas encore livré tous ses secrets.

Hassan Larbaoui a été placé sous mandat de dépôt, ainsi que le directeur des filiales du groupe suivi de six personnes du ministère de l’industrie, avant que Bedda ne les rejoigne. L’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia a été également entendu dans cette même affaire au tribunal de Sidi M’hamed. L’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, a aussi fait les frais de ces concessions de connivence et de complaisance.

LIRE AUSSI Contrôle antidopage: le MJS se dote d’un laboratoire

Les chefs d’accusation que le juge d’instruction de tribunal de Sidi Mhamed a   porté aux accusés touche le blanchiment d’argent, ainsi que le bénéfice davantage illégaux, tels que des crédits bancaires et la dilapidation des deniers publics. Dans cette curieuse affaire de Kia Motors, 17 personnes ont étaient présenté à la justice, 8 d’entre eux ont été placé en mandat de dépôt et 3 autres sous contrôle judiciaire, alors que 4 autres ont été mis en liberté conditionnelle et deux remis en liberté.

Comme rapporté précédemment, les marchés de l’automobile octroyés de manière illégale ont été dans une large mesure le noyau de cette corruption à grande échelle dans le ministère de l’Industrie ces dernières, du fait que ces marchés généraient des milliards d’euros de gains nets.

Cette fausse industrie fait aujourd’hui des malheureux : les salariés de ces concessions, obligés de chercher du travail après l’emprisonnement des patrons et la fermeture des usines…

1 Rétrolien / Ping

  1. Autoroute est-ouest: Amar Ghoul sous mandat de dépôt - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.