Loi sur les hydrocarbures: l’impasse!

Quand les incompétents refusent d'admettre la vérité

sonatrach

L’amendement de la loi sur les hydrocarbures en Algérie a provoqué chez les responsables du secteur, une obsession qui va mener le pays à la ruine.

Au lieu de reconnaitre leur incompétence et partir dans la dignité, les responsables du secteur des hydrocarbures ont fait appel à deux Cabinets étrangers, en l’occurrence  Curtis et Hartree Partners pour aider le pays à « pondre » une nouvelle loi sur les hydrocarbures, à même d’attirer plus d’investisseurs.

Nadir Sekfali, ancien vice-président de Sonatrach, reconverti dans le business en France, a été « collé » au pare-choc de ces deux bureaux de réflexion.

Ces deux Cabinets travaillent sous la coupe d’un comité restreint composé du ministre de l’énergie, du P-dg de Sonatrach, du président d’Alnaft et du directeur général Hydrocarbures  (DGH). Hormis le DGH du ministère de l’énergie, tous les autres membres du comité sont incompétents et incapables de faire avancer le dossier. Leur seul soucis est de dire qu’ils ont attiré des investisseurs étrangers. Quitte à brader les richesses du pays à travers un régime fiscal qui arrange les investisseurs étrangers au détriment des intérêts de l’Algérie.

A sonatrach, Curtis et Hartree ont comme interface Fethi Arabi, proche confident du P-dg et Toufik Hakkar, ancien dirigeant de Spe. Deux cadres, incapables de rédiger un seul paragraphe sain de fautes imputables aux élèves du lycée.

Les deux Cabinets-Conseil ont pour objectif de formuler des propositions pour amender la loi sur les hydrocarbures, mais ils n’ont pas de directives précises.

Les deux consultants ont invité plusieurs anciens responsables de Sonatrach et du ministère de l’énergie et ont consigné leurs avis sur les meilleurs  formules à adopter pour la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

C’est la même démarche qui a été adoptée par Chakib Khelil pour l’amendement de la loi 86-14. L’ancien ministre de l’énergie avait fait appel à un « expert » du nom de Bob Plaisant. Ce dernier a été présenté comme un ancien expert juridique de la Banque mondiale, mais ne figure dans aucun des organigrammes de cette institution. Entre 2002 et 2010, Bob Plaisant avait joué un rôle important dans le circuit décisionnel de Sonatrach.


LIRE AUSSI: Loi sur les hydrocarbures: les résultats de l’incompétence


Pour sa part, Curtis  a été engagé auparavant par Chakib Khelil pour défendre les intérêts de Sonatrach dans le litige qui l’opposait à Anadarko par rapport à la TPE.

En 2010, le Cabinet international Stirling & Shermann a été appelé à la rescousse pour assister Curtis dans ce dossier épineux. A la fin 2011, une décision unilatérale du ministère de l’énergie, dirigé alors par Youcef Yousfi, a formalisé la capitulation de Sonatrach face à Anadarko. Des sommes faramineuses ont été concédées à la compagnie américaine, en contre partie de l’abandon  de la procédure arbitrale. Les mauvaises langues se demandent si le Cabinet Curtis était aussi performant qu’on le pense, pourquoi n’avait-il pas trouvé les formules adéquates pour gagner le procès d’Anadarko?.

Le problème ne réside aucunement dans l’apport de ces Cabinets internationaux. Il se situe spécialement dans la mentalité des responsables du secteur des hydrocarbures. Après plus d’un demi siècle d’existence, on se rend compte, à Sonatrach et au ministère, qu’on doit ramener des étrangers pour dicter à l’Algérie la meilleure démarche de développement de son partenariat avec les compagnies étrangères. Cela veut dire qu’on a décidé que l’Algérien n’est pas en mesure de trouver des solutions aux problèmes de l’investissement étranger.

Si l’on suit cette logique, de paralysie ou d’atrophie de l’esprit novateur des algériens, on dira qu’il va falloir tout simplement déléguer aux étrangers la gestion du secteur, à savoir le ministère de l’énergie, Alnaft et Sonatrach.

Ces incompétents, qui gèrent les destinées du pays au niveau de Sonatrach et du ministère et de ses agences, n’ont toujours pas compris que le début de la solution réside d’abord dans leur disparition à tout jamais du radars des hydrocarbures.

Suivez les réactions sur facebook

LIRE AUSSI Centrale de Hamma: la guerre Ansaldo-Siemens