Liban: mandat d’arrêt contre un représentant de Sonatrach

sonatrach

Le premier juge d’instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour, a émis mardi un mandat d’arrêt contre le représentant de l’entreprise publique algérienne Sonatrach au Liban et plusieurs employés de la société libanaise d’inspection PST dans l’affaire du fuel défectueux destiné à Électricité du Liban, qui fait polémique sur la scène locale. Selon des informations de la chaîne locale LBCI, ils ont avoué avoir versé des pots-de-vin.

Le juge Mansour a également interrogé dans ce cadre le directeur général du ministère de l’Énergie, chargé des installations pétrolières, Sarkis Hleiss, le directeur de ZR Energy DMCC, Teddy Rahmé, son directeur exécutif Ibrahim Zouk et le directeur des appels d’offre Georges Saneh. Selon la LBCI, aucun mandat d’arrêt n’a été émis entre eux car ils seront de nouveau interrogés lundi prochain. Mercredi, le magistrat doit entendre les deux anciens ministres de l’Énergie, Nada Boustani et Mohammad Fneich, le directeur général d’EDL Kamal Hayek et l’ingénieur Yehya Maouloud. Jeudi, il doit interroger la directrice générale du ministère de l’Énergie, Aurore Feghali, et la directrice des laboratoires à la sous-direction des installations pétrolières, Dima Haïdar, précise l’Agence nationale d’information (Ani, officielle).

Plus tôt dans la journée, le procureur financier Ali Ibrahim avait engagé des poursuites contre dix compagnies d’hydrocarbures, dans le cadre de cette affaire, pour « détournement de fonds publics et enrichissement illicite », avant de transférer le dossier au premier juge d’instruction par intérim à Beyrouth, Charbel Abou Samra. Les dix compagnies en question sont : Total Liban, Mediterranean Petroleum Company, Coral Oil, Wardieh, Liquigas Liban, Uniterminals, IPT, United Petroleum Company, la Société arabe pour le pétrole et Medco.

Sur la base d’une note d’informations présentée par l’avocat Wadih Akl, représentant le Courant patriotique libre (CPL, aouniste), la procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, avait lancé lundi une enquête concernant un navire de transport de carburant qui serait chargé de fuel non-conforme, destiné à être livré aux centrales électriques libanaises. Le carburant se trouvant à bord du navire Aspo a été jugé défectueux après des tests menés par des laboratoires libanais, selon la chaîne locale d’informations LBCI.

LIRE AUSSI élargissement de la prime de risque attribuée au personnel soignant de la santé

1 Rétrolien / Ping

  1. MJS: opération pilote de forum numérique - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.