Les propositions économiques et financières de la GACI pour relancer l’économie nationale

Pour M. Gouri, Le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), la relance de l’économie nationale passe en premier lieu par un « changement des mécanismes du système bancaire et la facilitation des opérations d’importation de véhicules, de camions et d’engins des travaux publics, ainsi que des usines d’occasion ».

En vue de faciliter les activités des opérateurs économiques algériens à l’étranger, le même responsable a appelé à  » désigner des attachés commerciaux expérimentés dans les ambassades algériennes à l’étranger, en vue de promouvoir le produit algérien , étudier le climat des affaires dans les pays, accompagner et faciliter les missions des exportateurs à l’étranger ».

Proposant dans ce cadre, à ce que les partenaires économiques soient représentés au sein des assemblées élues et du Conseil de la Nation, en vue de tirer profit de leurs expériences dans le domaine économique, M. Gouri a également appelé à fonder des conseils économiques au niveau des wilayas, composés d’hommes d’affaires intègres représentant toutes les organisations économiques.

M.Gouri a également demandé, dans ce contexte, de relever la représentativité de la CACI au sein du Conseil national économique, social et environnemental (CNESE), d’un représentant à 3 représentants, et ce au vu du maillon important que représente la Chambre dans l’économie nationale.

Il a, en outre, souligné la nécessité d’associer les élus de la CACI dans les commissions composées par le ministère de l’Industrie et celui du Commerce, dans la formulation et l’élaboration des lois relatives à l’économie.

S’agissant du reste des préoccupations de la CACI, M. Gouri a appelé à changer les statuts de la CACI, en vigueur depuis 1996, et qui ne sont pas au diapason de la dynamique économique que connait le pays ».

Déplorant le fait que la Caci  » ne joue pas son rôle au double plan interne et externe, en tant qu’instance consultative qui accompagne l’édification d’une économie solide », M. Gouri a relevé l’absence de coordination et de communication entre la Caci et le ministère du Commerce et celui de l’Industrie, ce qui a impacté négativement, selon lui, le rôle des Chambres en terme de proposition et d’accompagnement.

 

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis