Les cours du pétrole en hausse à cause de l’ouragan Zeta

pétrole

Les cours du pétrole se sont repris mardi, au lendemain d’une forte chute, aidés par l’arrêt d’une partie de la production dans le Golfe du Mexique à cause de l’ouragan Zeta. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a terminé à 41,20 dollars, en rebond de 1,82% ou 74 cents par rapport à la clôture lundi.

A New York, le cours du baril américain de WTI pour le même mois, est remonté de 2,61% ou 1,01 dollar à 39,57 dollars. « Les prix du pétrole se redressent quelque peu après leurs pertes prononcées lundi », a constaté Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank, « mais la situation sur le marché pétrolier reste cependant confuse et inquiétante ». Les cours du Brent et du WTI « bénéficient d’un coup de pouce de l’ouragan Zeta », a expliqué Jeffrey Halley, de Oanda. En prévision du passage de la tempête qui se dirige vers le Golfe du Mexique, « Chevron et BP ont évacué le personnel de leurs installations extra-côtières américaines » dans la région, a indiqué Phil Flynn de Price Futures Group.

Le Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité (BSEE) a précisé que près de 16% de la production pétrolière actuelle du Golfe du Mexique a été interrompue du fait de cette 27e tempête de la saison. L’ouragan Zeta, rétrogradé en tempête avec des vents de 110 km/h après avoir touché terre dans la province du Yucatan située dans le sud-est du Mexique, devrait se renforcer à nouveau et poursuivre sa trajectoire vers les côtes du sud-est des Etats-Unis jeudi. Mais sur le fond, les cours du brut restent sous la menace d’une offre excédentaire, résultat d’un ralentissement de la demande dû à la résurgence de la pandémie de Covid-19 et d’un retour sur le marché de la production libyenne.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi la levée de l’état de force majeure sur le dernier champ pétrolier bloqué, déclarant ainsi toutes les installations pétrolières opérationnelles. Les investisseurs attendaient aussi la publication hebdomadaire des stocks de pétrole brut américains prévue mercredi.

LIRE AUSSI AIE: Nécessaire politique énergétique forte pour faire face aux nouveaux risques