Les cours du maïs et du blé tentent de rebondir

Les cours du maïs, du blé et du soja ont légèrement progressé cette semaine à Chicago, tentant de rebondir après avoir beaucoup baissé depuis juillet sur fond de récoltes prolifiques.

« Pendant plusieurs semaines, les producteurs (de maïs) se sont découragés et ne voyaient pas la lumière au bout du tunnel », rappelle Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors. Face à l’abondance des récoltes, le boisseau de maïs a perdu près de 15% entre le 20 juillet et la clôture mercredi.

« C’est cependant en général à ce moment-là qu’on atteint le plus bas. C’est peut-être ce qui est arrivé jeudi », avance-t-il.

Les inquiétudes liées à la météo ont aussi aidé le rebond.

« On prévoit des températures sous les normales saisonnières pour les deux prochaines semaines, ce qui alimente la crainte d’un gel », souligne-t-il.

Les cours du soja étaient déjà parvenus à stopper leur chute la semaine dernière et à se stabiliser.

La qualité de la récolte s’est récemment améliorée selon les données hebdomadaires du ministère américain de l’Agriculture (USDA).

« La maturation est plus ou moins conforme au calendrier, même si les températures plus fraîches au cours des deux prochaines semaines pourraient ralentir le processus », note Dewey Strickler.

Les inondations causées par le passage de la tempête Harvey « ont peut-être provoqué des dégâts en Louisiane, dans le Mississippi et dans l’Arkansas », relève-t-il également.

Toutefois, « il faut attendre le prochain rapport mensuel de l’USDA (sur l’état de l’offre et de la demande des produits agricoles dans le monde, NDLR) avant d’être sûr que les cours ne vont pas baisser plus », estime Frank Cholly de RJO Futures. « C’est sans doute pour ca qu’ils ne parviennent pas à rebondir plus franchement. »

Pour les cours du blé, qui ont chuté de près de 24% entre le 5 juillet et le 28 août, « il est encore bien trop tôt pour considérer qu’ils se sont redressés », note le courtier.

Face à l’ampleur de la récolte russe, qui pourrait atteindre des records, et à l’abondance de blé un peu partout dans le monde, les Etats-Unis peinent à écouler leur production à l’étranger.

Mais « avec la récente baisse du dollar au cours des dernières semaines, peut-être les exportations vont-elles s’améliorer », avance Dewey Strickler.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le contrat le plus actif, évoluait vendredi en cours d’échange à 3,5400 dollars, contre 3,5350 dollars en fin de semaine précédente.

Le boisseau de blé pour décembre, contrat le plus actif, s’échangeait à 4,3800 dollars, contre 4,3525 dollars vendredi dernier.

Le boisseau de soja pour novembre, là encore le plus échangé, cotait 9,4700 dollars, contre 9,4450 dollars il y a une semaine.