les Algériens plus conscients quant à la dangerosité du virus

coronavirus

Les Algériens sont en train de refléter, à travers moult comportements et actions, une prise de conscience évidente quant à la dangerosité du coronavirus, dont le bilan des cas positifs et des décès va en s’accroissant.

L’exemple édifiant qui atteste que la sensibilisation sur la dangerosité du Covid-19 a porté ses fruits est la suspension des marches du vendredi, à travers l’ensemble du territoire national avec des rues quasiment désertées de leurs occupants, les rideaux des commerces en grande majorité baissés et de rares passants.

Telle est l’image dominante pour une journée associée, depuis plus d’une année, à une mobilisation politique pacifique, que les animateurs ont préféré momentanément mettre entre parenthèses, l’immense enjeu étant de préserver, avant leurs propres vies, celles de leurs proches, de leurs concitoyens et de l’ensemble de la population.


LIRE AUSSI 50 millions de masque seront disponible sous peu


Se faisant, ils ont fait montre d’une maturité, à l’image de celle qu’ils ont affichée au reste du monde en donnant un caractère exclusivement pacifique à leurs revendications de changement. Ils ont, par la même attitude, également rectifié le tir, après la négligence et la nonchalance affichées durant les premières semaines de l’apparition de ce redoutable virus.

Des appels multiples s’en sont suivis, notamment via les réseaux sociaux, pour mettre en garde la population contre les risques de ces comportements qualifiés d' »irresponsables », arguant du nombre des cas recensés en Algérie, parallèlement à l’évolution de la situation dans les pays les plus affectées par cette pandémie mondiale.

« Nous avons décidé de suspendre le Hirak que nous menons depuis plusieurs mois, car la santé de la population passe avant toute autre considération », ont soutenu de nombreux animateurs de ce mouvement, pour tenter de convaincre les marcheurs de « privilégier la raison ».

LIRE AUSSI Des entreprises doublent leur offres en produits de désinfection

A une situation exceptionnelle, une démarche exceptionnelle

Ainsi et au fur et à mesure que les citoyens réalisaient la dangerosité de ce nouveau virus, ils ont adapté leur riposte en fonction des moyens dont ils disposent et des précautions sanitaires qui leur sont dispensées, de manière continue, via tous les supports médiatiques. La démarche la plus conseillée étant, en priorité, d’éviter autant que faire se peut tout rassemblement et les contacts à l’extérieur, les amenant à se conformer à l’exigence de confinement, « sauf nécessité absolue ».

Les rues, les espaces publics et autres lieux communs, tels que les marchés, les commerces en tous genres, les transports sont de plus en plus boudés par la quasi majorité des Algérois. Sur les réseaux sociaux des appels pour « demeurer chez soi » sont relayés dans toutes les langues et largement commentés par les internautes.


LIRE AUSSI Le bilan s’alourdit: 139 cas confirmés, dont 15 décès en Algérie


« D’habitude, la circulation est monstre en ce deuxième jour de week-end, j’ai pu rapidement régler mon affaire en dépit de l’éloignement du lieu. N’était-ce cette urgence, je ne serais certainement pas sorti de chez moi »  assure à l’APS, Mohamed, un fonctionnaire résidant à Bab-El-Oued (Alger).

A l’instar de toute la capitale, ce quartier grouillant de monde les jours ordinaires a perdu de son animation au profit de l’exigence de l’heure, si ce n’est quelques passants vaquant à des occupations essentielles, notamment l’approvisionnement en denrées alimentaires ou autres nécessités absolues. Les personnes âgées et les enfants sont les grands absents du dehors, a-t-on constaté.

« C’est triste et lugubre, et ce temps maussade n’arrange pas les choses, mais c’est un mal nécessaire. Pourvu que cette crise sanitaire prenne fin le plus tôt possible et avec le moins de pertes humaines. Puisse Dieu préserver la vie de nos enfants et celles de tous les Algériens », commente une mère de famille résidant dans le même quartier.

Le bénévolat s’intensifie

Signe d’une conscience accrue face à un danger collectif, les actions de bénévolat pour gérer au mieux cette conjoncture délicate se multiplient. Qui pour confectionner et offrir gracieusement des bavettes de protection, qui pour nettoyer et désinfecter les espaces communs ou encore pour mettre à la disposition des citoyens des denrées alimentaires, au moindre coût, voire parfois à titre gracieux.

A coups de jets d’eau et de divers détergents ainsi qu’une énergique dose de bonne volonté, des rues, des poignets et autres devantures de commerces, des sols de marchés, entre autres, sont requinqués et frottés. Autant d’actions qui drainent autour d’elles des jeunes qui meublent, de la sorte, leur temps oisif en se rendant utile à la collectivité.

Autant de scènes, largement diffusées via les réseaux sociaux, qui donnent également à voir des élans de générosité et d’entraide sociale, dictés par une conjoncture que d’autres citoyens ont, hélas, mis à profit pour se faire des rentrées d’argent supplémentaires.

LIRE AUSSI Mostaganem: les excuses du wali apaiseront-elles les esprits ?

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis