Le projet d’amendement constitutionnel rectifie le tir et réhabilite le rôle de l’ONPLC

Le président de l’Organe national de prévention  et de lutte contre la corruption (ONPLC), Tarek Kour a affirmé, lundi à Alger, que le projet d’amendement de la Constitution, qui sera soumis

prochainement à référendum populaire, a rectifié le tir et réhabilité le rôle de l’ONPLC pour lui donner sa véritable place au sein des instances de contrôle.

Invité du « Forum de la radio » de la chaîne I, M. Kour a indiqué que parmi les raisons ayant mené à l’échec de l’ONPLC, par le passé, dans la lutte contre la corruption, figure « la Constitution (Constitution de 2016) qui l’a classé dans la case des organes consultatifs », saluant, dans ce sens, les réformes introduites dans la nouvelle Constitution, soumise à référendum, qui érige l’ONPLC en « haute autorité aux larges prérogatives ».

Concernant les structures et l’organisation de l’ONPLC, le même responsable a souligné que l’article 205 de l’amendement constitutionnel définit avec précision les prérogatives de l’organe et propose l’élaboration d’une loi spécifique qui consacre la mise en oeuvre des réformes inhérentes à ce domaine, prévues dans l’amendement constitutionnel.

L’ONPLC disposait d’un arsenal juridique solide mais souffrait, toutefois, d’un « manque d’efficacité », ce qui a induit l’impératif de redessiner sa relation en tant qu’haute autorité avec la Cour des comptes et les juridictions compétentes, et ce dans le cadre du projet de l’amendement constitutionnel, a-t-il soutenu.

Quant à l’action de l’autorité au niveau local, M. Kour a fait état d’un atelier chargé de dégager les mécanismes à même d’élargir l’action de l’ONPLC pour atteindre les points les plus reculés du territoire national et couvrir ainsi l’ensemble des wilayas du pays.

Il a révélé, par ailleurs, que la stratégie nationale de lutte contre la corruption, qui est actuellement en cours d’élaboration et qui sera dévoilée le 9 décembre prochain, renferme un plan exécutif incluant 63 mesures dont celle qui prévoit l’élaboration d’une loi relative à la protection des dénonciateurs de faits de corruption, en garantissant le droit de signaler ces faits et la protection légale du dénonciateur.

Concernant le projet de création du Réseau national pour l’Intégrité, il a expliqué que ce Réseau, qui sera doté d’une plateforme numérique, se veut un Forum qui sera constitué d’acteurs des différentes franges de la société chargés de soutenir les programmes de sensibilisation et de moralisation de la vie publique mais aussi du signalement des faits de corruption.

Ce Forum sera supervisé par une cellule permanente au niveau de l’ONPLC, appelée « l’Instance de veille, de suivi, d’orientation et de traitement ».

Cette opération vise à encadrer et organiser la société à travers un réseau de liaisons, afin que l’opération de dénonciation de faits de corruption soit ordonnée et éviter ainsi toute confusion, a-t-il estimé.

Elle permettra au citoyen et aux différents acteurs de la société civile, ajoute M. Kour, d’élaborer un cahier de charges pour rejoindre le Réseau et bénéficier de ses programmes de formation destinés à la société civile et aux journalistes d’investigation.

Le même responsable a fait observer que « la question de la dénonciation des faits de corruption n’incombe pas seulement à l’ONPLC, mais elle est l’affaire de tous, à commencer par le citoyen qui doit mieux connaître ses droits pour éviter d’être exploité ».

Pour le président de l’ONPLC, l’assouplissement des procédures administratives et l’orientation vers la numérisation « réduiront la petite corruption qui a conduit à la bureaucratie et à la prolifération de la corruption au niveau local ». S’agissant de la grande corruption, il a estimé que la numérisation réduira considérablement ce fléau.

  1. Kour a également évoqué le « Prix du Président de la République pour la

lutte contre la corruption » qui sera lancé en 2021 dans le but d’honorer la meilleure action sur le terrain, la meilleure étude et recherche scientifique et le meilleur travail journalistique traitant de la lutte contre la corruption, et ce sous la supervision d’un jury indépendant.

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis