Le pétrole se stabilise à New York après un rapport de l’Opep

Les prix du pétrole coté à New York se stabilisaient peu après l’ouverture mardi dans le sillage de l’annonce d’un recul de la production des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en août.

Vers 13H15 GMT, le baril de « light sweet crude » (WTI), référence américaine du brut, cédait 8 cents, à 47,99 dollars, sur le contrat pour livraison en octobre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Il avait débuté la séance en légère hausse.

« Le marché s’est focalisé au cours des deux dernières semaines sur les ouragans aux Etats-Unis mais son attention semble aujourd’hui retourner vers la situation du marché pétrolier au niveau mondial, avec la publication du rapport mensuel de l’Opep avant celle du rapport de l’Agence internationale de l’Energie (mercredi) », a relevé Matt Smith de ClipperData.

Selon le document de l’Opep, la production des 14 membres du cartel a atteint 32,755 millions de barils par jour (mbj) en août, en légère baisse par rapport aux 32,834 millions de barils extraits en juillet.

L’Opep et d’autres pays partenaires, dont la Russie, ont décidé fin 2016 de réduire leurs extractions jusqu’en mars 2018 pour limiter l’offre sur le marché mondial et tenter de redresser les prix du baril.

« Il est évident que le rééquilibrage du marché est en cours, soutenu par une forte adhésion de l’Opep et de ses partenaires aux objectifs de production qu’ils se sont eux-mêmes imposés dans l’accord de coopération », a commenté le secrétaire général de l’Opep, Mohammad Sanusi Barkindo.

Les investisseurs se préparent aussi selon M. Smith à la publication mercredi du rapport hebdomadaire sur les niveaux de stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis.

Avec la suspension des activités de nombreuses raffineries de la côte texane dans les jours qui ont suivi le passage de l’ouragan Harvey, « on s’attend à une importante hausse des stocks de brut, ce qui va limiter tout rebond des cours », a-t-il indiqué.