Le gouvernement veut-il une économie bâtie sur les micro-entreprises ?

 La nouvelle approche de l’Agence Nationale d’Appui et de Développement de l’Entrepreneuriat (ANADE) permet d’envisager une économie bâtie sur les micro-entreprises en mesure de contribuer à la relance économique », a indiqué mardi le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat.

Animant une conférence de presse au niveau de la direction générale de l’ANADE, le ministre a estimé que « cette nouvelle approche est « purement économique et non pas sociale » comme cela a été le cas auparavant.

Le ministre a déploré que 70,30% des entreprises ayant bénéficié du dispositif ANADE avec un apport personnel de 1 à 2% se retrouvent en difficulté, expliquant que « les avantages accordés à ces entreprises sont devenus un obstacle amenant à les casser ».

Ainsi, M. Diafat a défendu le nouveau taux d’apport personnel fixé à 15% dans les régions nord du pays, considérant que c’est un moyen de « présélection » qui contribue à « jauger » le sérieux des entrepreneurs et leur engagement.

Il a mis, en outre, l’accent sur le fait que cet apport peut ne pas être, comme auparavant, numéraire (argent) mais plutôt en nature, précisant que le promoteur pourra demander à un commissaire priseur d’estimer la valeur de ses biens (un local, un véhicule utilitaire, un bus ou encore des machines) qui représentera une partie de son apport.

Autre nouveauté relevée par M. Diafat, la possibilité de l’ANADE d’aller au-delà du seuil d’investissement plafonné à 10 millions de dinars lorsqu’il s’agit d’un groupement d’entreprises qui présente un projet porteur.

Pour sa part, le taux de l’apport personnel dans le financement mixte est passé de 70% à 50%, a détaillé le ministre qui a assuré que l’ANADE a « anticipé » concernant le financement islamique en incluant ce mode de financement dans les décrets exécutifs, soulignant qu’il ne reste plus que les banques lancent ces produits.

Toutes ces nouvelles dispositions seront effectives à partir de la semaine prochaine et toutes les agences locales de l’agence ont été informées, a affirmé le responsable du département des micro-entreprises.

22.576 entreprises ont été remboursées

Abordant le sujet de régularisation de la situation des entreprises en difficulté, M. Diafat a été clair en affirmant qu' »il n’y a aura pas d’effacement global des dettes des entreprises en difficulté », citant certaines catégories qui pourront bénéficier d’un effacement de leur dette, notamment en cas du décès de l’entrepreneur ou lorsqu’il souffre d’un handicape physique qui l’empêche de poursuivre son activité.

Ajoutant que les entreprises qui ont gardé leur équipement pourront bénéficier d’un crédit d’exploitation d’un montant de 1 million de dinars, sans intérêt, qui lui permettra de relancer leurs activités.

Pour ce qui est des dossiers de remboursement par le Fond de garantie des risques de crédits, le ministre a annoncé que 22.576 dossiers ont été finalisés et les bénéficiaires remboursés, alors que 49.713 dossiers sont encore en cours de traitement.

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis