Lafarge : trois ex-salariés syriens entendus sur les financement du terrorisme

Trois ex-salariés syriens de la cimenterie Lafarge en Syrie ont été entendus cette semaine à Paris dans l’enquête sur le groupe français, soupçonné d’avoir indirectement financé des groupes armés, dont l’organisation État islamique, a rapporté l’AFP de source proche de l’enquête.

L’enquête menée en France s’attache à déterminer les liens qu’a pu entretenir le producteur de ciment, notamment avec l’EI, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit, la cimenterie de Jalabiya (nord du pays).

Elle porte aussi sur la connaissance qu’auraient eue des responsables du groupe en France de tels accords et du danger qu’ils ont pu faire courir aux employés sur place.

Au cours de leurs auditions, les anciens salariés ont confirmé « le caractère accablant des éléments qui pourraient être retenus contre Lafarge », a indiqué à l’AFP leur avocate Marie Dosé.

Il faut noter que l’un des principaux suspects dans les opérations  de payement des terroristes s’est retrouvé en poste en Algérie.

LIRE AUSSI Cnan Nord: une desserte vers Huston (USA) à partir d’octobre