La reprise actuelle des prix de pétrole est, « provoquée par les décisions de l’Opep + »

La reprise actuelle des prix de pétrole est, « provoquée par les décisions de l'Opep + »

La reprise actuelle des prix de pétrole est, « provoquée par les décisions de l’Opep + »

La tendance haussière actuelle des prix de pétrole a été provoquée par plusieurs facteurs dont les décisions prises lors de la réunion de l’Opep + tenue début janvier qui a abouti à un compromis bien accueilli par les marchés, a indiqué selon l’expert pétrolier Mourad Preure soulignant le rôle «déterminent» de l'Algérie en matière de rapprochement des visions.

La tendance haussière actuelle des prix de pétrole a été provoquée par plusieurs facteurs dont les décisions prises lors de la réunion de l’Opep + tenue début janvier qui a abouti à un compromis bien accueilli par les marchés, a indiqué selon l’expert pétrolier Mourad Preure soulignant le rôle «déterminent» de l’Algérie en matière de rapprochement des visions.

S’exprimant à l’APS, Mourad Preure, a soutenu que le niveau actuel des prix du pétrole, dépassant les 50 dollars le baril, semble être une «belle performance» et peut durer, ce qui permettra, selon lui, à contribuer à la santé de l’économie mondiale, fortement impactée par la pandémie (Covid-19).

Selon l’expert, la tendance actuelle des prix a été provoquée par plusieurs facteurs dont les décisions prises lors de la réunion de l’Opep + tenue début janvier qui a abouti à un compromis bien accueilli par les marchés.

Ce compromis a permis à la Russie d’augmenter légèrement sa production, à 7,125 millions de barils/jour (Mbj), s’engageant à maintenir la baisse de production pour février et mars, a ajouté M. Preure mettent en avant aussi l’annonce de l’Arabie saoudite de réduire sa production de 1 Mbj.

«Toutes ces évolutions, ajoutées aux perspectives potentiellement ouvertes par le vaccin, ont provoqué un sentiment d’euphorie dans les marchés, entrainant une tendance haussière très marquée», a -t-il fait savoir relevant toutefois que la demande mondiale amorce une reprise «timide» et que «rien ne semble préfigurer une reprise plus vigoureuse».

Il a cité, à ce propos, les prévisions de l’Opep et l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) indiquant que le rattrapage de la baisse historique de la demande en 2020 (-8.4 Mbj selon l’AIE et -9.5 Mbj selon l’OPEC) va être «difficile».

Les deux organisations prévoient pour 2021 une augmentation relativement modeste +5.5 Mbj pour l’AIE et + 6.6 Mbj pour l’OPEP, a-t-il soutenu.

Ces prévisions restent «hypothétiques et très optimistes», a-t-il fait observer considérant que les difficultés rencontrées par les principaux pays consommateurs (dont l’OCDE qui représente 46.6% de la demande et la Chine 14.3%) dans la maitrise de la pandémie. Ceci a une incidence directe sur les transports et l’économie en général, soit sur la demande, a fait observer l’expert.

Le rôle central de l’Algérie dans l’aboutissement à un consensus

Revenant sur le rôle de l’Opep présidée en 2020 par l’Algérie, il a affirmé que l’Organisation a joué un rôle «déterminant» dans l’amélioration des prix, démontrant toute la robustesse du Consensus d’Alger (2016) qui a permis de rapprocher, autour d’une ligne de défense des prix, les positions des pays membres de l’OPEP et de dix pays non OPEP autour de la Russie».«L’Opep a fait l’amère expérience des transgressions de cette ligne stratégique vers une ligne de défense des parts de marché imposée par l’Arabie Saoudite en 1986, 2014 et le 6 mars 2020», a-t-il rappelé.

Dans ce contexte, il a estimé que «les challenges de plus en plus rigoureux auxquels seront soumis à l’avenir les pays producteurs, notamment avec la concurrence des zones hors Opep, l’électro-mobilité et l’utilisation de l’hydrogène comme carburant, un vent de sagesse planera sur les grands détenteurs de réserves dans la décennie qui vient».

Pour l’expert, au-delà, la croissance de la demande pétrolière, tirée à 80% par les pays émergents les trente prochaines années, se retrouvera très probablement face à un déficit d’offre, du fait des conséquences sur la production, du désinvestissement dans l’amont pétrolier qui dépasse les 1000 milliards de dollars depuis 2014.«Cela remettra les prix dans la trajectoire haussière qui est une tendance lourde pour une industrie qui a déjà dépassé le peak oil», a-t-il dit.

Croissance économique : probable reprise modérée

Pour l’expert, le retour au confinement et les inconnues liées à la mutation du virus Covid-19 augmentent à «l’extrême les incertitudes».

«La croissance économique mondiale restera limitée le premier semestre, avec une probabilité d’une reprise modérée le troisième trimestre et forte le quatrième trimestre. Cela sous l’effet d’une vaccination qui ne pourrait raisonnablement impacter la croissance mondiale, du fait de sa généralisation, qu’à partir du second semestre, toutes choses égales par ailleurs», a-t-il expliqué.

Au titre des bonnes nouvelles, il a noté que cette reprise économique, qui impactera directement la demande, donc les prix , sera «moins contrainte par des risques géopolitiques dans les zones de production moyen-orientales».

Il a souligne, dans ce cadre, la réconciliation entre l’Arabie saoudite et le Qatar qui est, selon lui, un «signal fort», de même qu’un retour de l’Iran dans la scène pétrolière internationale à la faveur de la levée de l’embargo qui pourrait être décidé par l’administration Biden aux Etats-Unis.

«L’amorce d’une sortie de crise de l’économie mondiale exercera un effet de levier sur la croissance chinoise, très faible en 2020 (+1.9%) et donc sur la demande, entrainant un cercle vertueux pour les prix», a souligné, en outre, M. Preure.

Mais, en même temps, il soutient qu’une remontée des prix reste «hypothéquée par de fortes incertitudes sur l’offre», citant à ce propos la montée de la production libyenne vers les niveaux de 1.4 Mbj et le retour sur le marché d’au moins 1 Mbj iranien, ainsi que la reprise de la production du pétrole de schiste américain qui risque de déséquilibrer le marché et précariser les consensus des producteurs pour le stabiliser».

Y.M

 

           

           

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis