La commission des métiers à haute pénibilité installée « prochainement »

Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, a indiqué samedi à Alger que la commission relative aux métiers à haute pénibilité prévue par la nouvelle loi sur la retraite sera installée « prochainement ».

« La commission relative aux métiers à haute pénibilité sera installée prochainement », a précisé le ministre dans une déclaration à la presse en marge de la rencontre nationale des directeurs des structures de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) et de la Caisse nationale d’assurance-chômage (CNAC).

Zemali a souligné l’importance du travail technique et scientifique que nécessite ce dossier, appelant à « ne pas se précipiter » concernant cette question.

« Il faut prendre le temps nécessaire pour la préparation de la plateforme des métiers à haute pénibilité » avant de la soumettre aux partenaires pour examen et enrichissement, a-t-il insisté.

LIRE AUSSI L’annulation des pénalités de retard au profit des jeunes entrepreneurs ne signifie pas l’effacement de la dette

Evoquant la promotion de l’emploi et la lutte contre le chômage, le ministre a précisé que le Plan d’action du Gouvernement visait à « renforcer l’investissement dans les secteurs créateurs d’emplois tels que l’agriculture, l’industrie, le tourisme et l’artisanat ».

Concernant la contribution des dispositifs publics de promotion de l’emploi, qu’il s’agisse d’emploi salarié ou de la création d’activités par les jeunes promoteurs et les chômeurs porteurs de projets, M. Zemali a précisé que le Gouvernement orientera ses efforts notamment vers « la poursuite de la modernisation et du renforcement du service public d’emploi et l’amélioration des synergies entre les différents intervenants dans la gestion du marché de l’emploi en favorisant le rapprochement entre l’offre et la demande de travail ».

Dans ce cadre, il a fait savoir que l’objectif assigné à l’ANEM pour l’exercice 2017 prévoyait « le placement de 400.000 demandeurs d’emploi, l’insertion de 44.200 jeunes primo demandeurs dans le cadre du Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) et le recrutement de 30.000 jeunes primo demandeurs dans le cadre du Contrat de travail aidé (CTA).

Afin d’améliorer la contribution des dispositifs d’emploi à la croissance et au développement économique, M. Zemali a appelé les responsables de l’emploi à « renforcer la relation avec les secteurs formateurs pour encourager les profils qui peuvent déboucher sur la création d’activité et orienter la création d’activité vers la prise en charge des besoins locaux pour une meilleure contribution au développement local ».

LIRE AUSSI Renouvellement pour 5 ans de la licence GSM d’OTA

Le ministre les a également appelés à « renforcer l’accompagnement post-création pour soutenir les micro-entreprises créées et suivre l’application des dispositions de l’article 87 du code des marché publics qui prévoit la réservation de 20% de la commande publique au profit des jeunes promoteurs et des chômeurs promoteurs ».

Le ministre a insisté sur la nécessité de « poursuivre les mesures visant « l’orientation du dispositif vers les secteurs créateurs de richesses et d’emploi, ainsi que vers les jeunes formés et possédant des qualifications et d’œuvrer à l’orientation des micro-entreprises vers la valorisation des potentialités locales, d’une part, et le développement des activités à haute composante technologiques, d’autre part ».

Il a également souligné la nécessité de « renforcer de la relation entre les autorités locales et les différents organismes du secteur du travail et de l’emploi en vue de dresser un état des besoins susceptibles d’être pris en charge par le biais des micro-entreprises et de veiller à poursuivre les programmes engagés en matière d’amélioration des conditions d’accueil des citoyens ».

Dans ce contexte, M. Zemali a souligné l’importance d’une formation appropriée des personnels chargés de l’orientation et de l’accueil dans le cadre du programme sectoriel visant l’amélioration du service public pour une meilleure prise en charge des préoccupations des jeunes avec une exploitation rationnelle des ressources humaines et matérielles, notamment en matière de suivi et  d’accompagnement post-création des micro-entreprises.

Le ministre a annoncé qu’un projet d’élaboration d’une cartographie des activités et des métiers est en cours pour faciliter la création de micro-entreprises, en sus du projet d’élaboration d’une plateforme et d’un annuaire sur les start-up en vue de créer un partenariat entre ces entreprises.

Un accord de coopération entre l’Ansej et la CNAC a été signé lors de cette rencontre pour notamment éviter que les bénéficiaires n’accèdent aux deux dispositifs à la fois.

LIRE AUSSI Commerce: octroi des licences d’importation de l’acier avant lundi