Justice: arrestation de Omar Alilat Zine Hachichi

Omar Alilat

L’ex-député RND de Bejaia, Omar Alilat ainsi que l’ancien traducteur à la présidence de la République, Zine Hachichi ont été arrêtés par les services de sécurité pour des faits de corruption, rapporte la chaîne El Hayat TV ce mercredi.

Ces  deux individus sont étroitement liés à la Issaba, notamment Sellal, Ouyahia Abdelghani Hamel et Abdeslem Bouchouareb.

Il y a quelques années le quotidien espagnol El Mundo avait révélé un scandale de corruption dans lequel était impliqué un député du RND, en l’occurrence Omar Alilat.

Élu de la wilaya de Béjaïa, ce parlementaire, présenté alors comme étant proche de l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb a été cité dans une affaire de pots-de-vin qu’il aurait touchés en euros, en contrepartie de son intervention en faveur de la société espagnole Elecnor à l’effet de décrocher un projet avec l’Algérienne des eaux (ADE).
Il s’agit, selon la même source de la réalisation d’une canalisation dans le cadre du projet de station de dessalement d’eau de mer à Souk Tleta, dans la wilaya de Tlemcen, dont le montant du contrat s’élève à quelque 250 millions d’euros.

LIRE AUSSI Azzdine Mihoubi: à l’écoute des citoyens démunis

Selon le même quotidien, le parlementaire du RCD et d’autres responsables des deux pays auraient reçu des virements en euros, en deux tranches (3 et 5 décembre 2011).
Parmi les autres responsables cités dans cette affaire figurent Gustavo de Arístegui, l’actuel ambassadeur d’Espagne en Inde, et Pedro Gomez de la Serna, député du Parti populaire espagnol, accusés d’avoir perçu des pots-de-vin estimés à plusieurs millions d’euros de la société Voltar Lassen, pour faire bénéficier certaines sociétés espagnoles activant en Afrique et en Amérique latine de grands projets publics.
Quant à Zine Hachichi, l’affaire de corruption est liée au groupe Villar Mir qui s’est associé à Ali Haddad dans plusieurs projets à travers sa filiale FCC. Haddad est également actionnaire avec Villar Mir dans la société Fertial.

LIRE AUSSI J+3 : couper les liens ombilicaux avec le système Boutef