Innomedia: Karim Benmansour préfère l’exile

innomedia

Ahmed Karim Benmansour, neveu de Said Bouteflika, a quitté le pays et ne semble pas vouloir y retourner, car il fait l’objet d’enquêtes pour corruption et trafic d’influence.

Monsieur « Panneaux », comme on l’appelle, Karim Benmansour est l’unique propriétaire de la société Innomédia, spécialisée dans l’affichage sur panneaux. Il est partenaire de Novasup, une autre boite appartenant à Ryad Oussedik, un jeune loup qui débarque du même sérail.

Innomedia a été fondée le 29 novembre 2011, au moment où son unique associé et gérant, Karim Benmansour frôlait à peine les 24 ans. Très vite cette entreprise va trouver sa vitesse de croisière dans un environnement pratiquement verrouillé par l’Anep, avec ses gros moyens, et surtout par Mourad Hadj Said qui a su dominer la profession de bout en bout.

En 2015, après avoir été dopée par un crédit bancaire et surtout un carnet d’adresse où sont triés les grands annonceurs, Innomedia parvient à réaliser le chiffre d’affaires de 400 millions de dinars, dont la moitié est déclarée comme bénéfice net. Mais, cela ne représente pas grand choses par rapport aux ambitions du gamin.

L’année suivante, 2016, va connaitre un nouvel essor pour le jeune Benmansour. Grâce surtout aux concessionnaires automobiles qui se bousculaient à sa porte, il réussit à porter son chiffre d’affaires à 800 millions de dinars avec un résultat net de 400 millions de dinars. Aucune entreprise au pays n’arrive à dégager un pareil ration chiffre d’affaires/bénfices.

En 2017, la vie va sourire une nouvelle fois à Benmansour, à travers des commandes inégalées, en provenance d’un producteur de biscuit et de confiserie. Le chiffre d’affaires, quant à lui va suivre et dépasser le seuil d’un milliard de dinars avec toujours le même ratio de bénéfices.

LIRE AUSSI Djaz RP:  une agence aux activités sulfureuses

L’année 2018 a été, quant à elle marquée par l’arrestation puis l’incarcération de Mourad Hadj said et par le démantèlement définitif de sa société Avenir Display. 6.000 panneaux de Hadj Said sont systématiquement jetés à la casse. Le champ est maintenant complètement ouvert pour une prospérité sans égal de Benmansour.

Au moment même où les services de la DTP d’Alger procédaient au démontage des panneaux géants de Hadj Said, les ouvriers d’une entreprise publique installaient tranquillement les nouveaux panneaux de Benmansour. Sur l’autoroute de Zeralda, le spectacle est grandiose: des panneaux flambant neufs, éclairent la vie nocturne des automobilistes.

Et, avant-même qu’ils soient posés, les nouveaux panneaux d’Innomedia disposent déjà d’un énorme plan de charge. Il sont alimentés par Hamid Melzi qui anticipe sur l’ouverture de l’hôtel de l’aéroport et lance une vaste campagne pour la promotion de Hayat Regency. Melzi, qui n’a planifié aucune campagne publicitaire pour les hôtels en activité, a préféré investir sur un établissement qui n’a pas encore ouvert ses portes au public. Résultat des courses: 12 milliards de centimes dépensés dans les panneaux de Benmansour pour un hôtel non encore inauguré….

Très actif lors de la précampagne des présidentielles prévues en avril dernier, Benmansour avait autant d’influence que son oncle Said. Il supervisait et contrôlait tout, notamment le flux de l’argent en provenance des industriels.

Au lendemain de la démission du président Bouteflika, Benmansour sent le vent tourner. Il préfère s’exiler, en attendant des jours meilleurs.

Entre temps, beaucoup d’opérateurs continuent d’alimenter son entreprise à coup de bons de commande et de chèques certifiés.

LIRE AUSSI Voitures en CKD-SKD: 920 millions $ au T1 2019

1 Rétrolien / Ping

  1. DGSN: confiscation de l'arme d'un patron de presse - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.