Industrie: la production du secteur public bondit de 4,6%

foncier industriel

Paradoxalement, et alors que le pays vivait une situation politique inédite et fragile, la production industrielle du secteur public, a enregistré une hausse de 4,6% au 3e trimestre 2019, période durant laquelle plusieurs secteurs avaient connu des « améliorations appréciables » par rapport à la même période en 2018.

Les secteurs concernés par cette amélioration et qui avaient « carburé » à plein régime sont les Industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE), les industries agro-alimentaires, l’énergie et les hydrocarbures.

C’est ce disent les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), qui précisent que cette performance a situé la moyenne de la production industrielle publique sur les neuf premiers mois de l’année en cours à +5% par rapport à la même période de l’année écoulée, indique l’Office.

La production industrielles des ISMMEE a connu une augmentation de 21% durant le 3e trimestre 2019, « un taux appréciable », relève l’Office, mais en recul par rapport à ceux enregistrés aux deux premiers trimestres, avec respectivement +33,4% et +32%, situant la hausse de la production à 29% entre janvier et septembre 2019, par rapport à la même période de 2018.

Plusieurs activités, des ISMMEE, ont contribué à cette performance, essentiellement, les branches de sidérurgie et transformation de la fonte et acier (+68,1%), les biens d’équipement métalliques (+63,6%), et celle de fabrication des biens d’équipement électrique (61%).

Le secteur de l’énergie (électricité) a continué sa performance avec une hausse de la production de 8,3%, soit une variation aussi importante que celles inscrites aux deux premiers trimestres, respectivement  +5,1% et +9,5%, situant la croissance de la production du secteur à 7,7%, sur les neuf premiers mois de 2019.

Cette tendance haussière a concerné également les industries agro-alimentaires qui ont enregistré une hausse de la production de 4,4% au 3e trimestre et de 2,7% par rapport à la même période en 2018.

Recul dans les Mines, les bois, liège et papier, les textiles et les cuirs

Si des secteurs comme les Industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques, ainsi que les industries agro-alimentaires, l’énergie et les hydrocarbures ont connu  une amélioration au niveau de la machine productive, il n’en est pas de même pour certains autres secteurs, qui ont enregistré un recul net.

Ainsi, selon l’Office national des statistiques, six secteurs industriels ont enregistré un recul de production au 3e trimestre 2019 et par rapport à la même période en 2018. Il s’agit des secteurs des bois, liège et papier, les matériaux de construction, les industries chimiques, les textiles, les mines et carrières et enfin celui des cuirs et chaussures.

S’agissant des industries de bois, liège et papier, elles ont baissé de 23,1%, en raison essentiellement d’un recul de production dans la branche de la menuiserie générale (-53,2%), et celle de l’industrie de l’ameublement (-29,6%).

Pour ce qui est du secteur des matériaux de construction, céramique et verre, sa production a reculé de 12,1%. Cette variation négative a été engendrée, notamment,  par la branche de fabrication des liants hydriques (-16,3%) et l’industrie du verre (-0,7%).

La baisse de production de 6,1% enregistrée par les industries des textiles, a été nettement perceptible au niveau des biens de consommation, qui ont chuté de 45,9%.

Les industries chimiques ont, également reculé de 12,1% au 3è trimestre 2019 et par rapport à la même période en 2018.

Pour le secteur des textiles, il a connu une variation négative de 6,1%. Cette baisse s’explique, notamment par une chute de 45,9% des biens de consommation.

La production des mines et carrières a, également, baissé de 4,7% au 3e trimestre 2019. Ce résultat est due à des baisses de production des branches extraction de minerai de matières minérales (-34%), l’extraction du sel (-20%) et enfin l’extraction de la pierre argile et sable avec -11,1%.

LIRE AUSSI Agriculture: l’expertise des chercheurs enfin reconnue