Industrie: les chiffres de Yousfi

Entre 2001 et 2016, le nombre de création de PME annuellement a plus que doublé en passant de 43.000 à 109.000, a indiqué le ministre de l’industrie et des mines Youcef Yousfi, ajoutant que le nombre de projets industriels a été multiplié par sept (7) en passant de 350 en 2010 à 2.500 en 2017, alors que le montant des investissements a été multiplié par 11 durant la même période.

Selon lui, ces investissements concernent toutes les filières dont celles liées à l’industrie automobile.

En matière de matériaux de construction, le ministre a rappelé qu’après en avoir été gros importateur, le pays en est devenu un net exportateur à partir de l’année en cours, ajoutant que d’ici quelques années, la production du ciment, par exemple, dégagera un excédent de 30% destinés à l’exportation.

LIRE AUSSI Transport ferroviaire: aller vers la fabrication locale

Pour la sidérurgie, avec les projets en cours et une production prévue de 12 millions de tonnes à l’horizon 2022, l’Algérie arrivera à satisfaire ses besoins en produits sidérurgiques, a prévu le ministre en indiquant que les exportations du secteur industriel en général commencent à prendre forme.

En fait, a-t-il poursuivi, près de 1.700 PME et une cinquantaine de grandes entreprises sont déjà présentes sur le marché international, sachant que la part de l’industrie dans les exportations hors hydrocarbures est passée de 50% en 2014 à 66% en 2015 et à plus de 70% en 2016.

Le ministre a, par ailleurs, estimé que les énormes investissements consentis depuis le début des années 2000 dans les infrastructures de base (enseignement, santé, transport), commencent à porter leurs fruits et ont notablement contribué à ce dynamisme que connait le secteur industriel.

Aujourd’hui, quelque 300.000 diplômés sortent chaque année de la centaine d’institutions universitaires existantes dans toutes les wilayas du pays, tandis que des dizaines de milliers de chercheurs exercent dans les nombreux centres de recherche auxquels s’ajoutent plusieurs entreprises dotées d’unités de Recherche et Développement.

LIRE AUSSI Métro d’Alger: lancement de la carte à puce (CSC) pour les usagers

Pour rappel, la facture d’importation des véhicules finis (toutes catégories) et des collections CKD/SKD destinées à l’industrie de montage des véhicules a augmenté à 2,13 milliards de dollars en 2017 contre 2,12 milliards de dollars en 2016.

Cette facture globale est marquée par la prédominance des importations des CKD/SKD (84% de la facture) qui se sont chiffrées à plus de 1,8 milliard de dollars en 2017 contre 897,35 millions de dollars en 2016, en hausse de plus de 904 millions de dollars (+101%).

Quant à la facture d’importation des véhicules finis (Véhicules de Tourisme et ceux de Transport de Personnes et de Marchandises), elle est passée à 328,22 millions de dollars en 2017 contre plus de 1,22 milliard de dollars en 2016, soit une baisse de près de 894 millions de dollars.

LIRE AUSSI PLF 2018: amélioration de certaines données de l’économie nationale