Indra: la grande percée en Algérie

La société espagnole Indra a achevé la première phase du projet Jibayatic, lancé par la Direction Générale des Impôts (DGI) avec l’inauguration du centre opérationnel pilote, situé à El Harrach (banlieue d’Alger), qui permettra le traitement informatisé de la majorité des taxes du pays.

Le montant de cette prestation a été arrêté à 27 millions d’euros.

Le projet, est basé sur le système de gestion fiscale ERP a pour objectif de créer un système d’information centralisé et unique au niveau national pour fournir un soutien automatisé pour tous les impôts et activités liées à la gestion. Dans le même temps, il entend accroître l’efficacité dans la lutte contre la fraude grâce à la traçabilité et au contrôle de l’information, à l’échelle nationale et locale, pour chacun des 600 centres de collecte situés dans tout le pays. Il faut noter que ces centres de collecte sont gérés par quelque 10.000 employés.

LIRE AUSSI Arados (France): conquête spectaculaire du marché

Cette société espagnole n’a pas cessé d’étonner les observateurs par son efficacité dans l’obtention des contrats en Algérie. Indra est impliquée dans tous les secteurs.

Elle a déjà décroché un contrat de mise en place d’un radar de surface et du logiciel de contrôle du trafic aérien pour l’aéroport d’Alger. Un projet qui était courtisé par plusieurs concurrents.

En août 2016, Indra a signé encore un contrat de partenariat dans le cadre de Mobeal, une Joint-venture avec les deux entités publiques EGCTU et ERMA (51%) et les deux sociétés espagnoles Indra et Sice (49%). Mobeal a pour objectif, la modernisation des systèmes de gestion du trafic routier et d’éclairage urbain du pays.

Grâce à cet accord, cette JV installera, exploitera et maintiendra les systèmes de contrôle de la circulation et la gestion à distance de l’éclairage, initialement à Alger pendant la première phase et dans d’autres grandes villes algériennes dans les phases suivantes.

LIRE AUSSI Rail Electr: étrange razzia de Lumiclub

Dans le secteur des Travaux Publics, Indra a bénéficié de l’attribution du projet pour l’Agence de Gestion des Autoroutes (AGA), pour développer des Systèmes de trafic intelligent (STI) et des systèmes de péage pour 380 kilomètres sur l’autoroute Est-Ouest ainsi que le centre de contrôle pour toute l’autoroute. Le montant du contrat s’élève à 57 millions d’euros.

En septembre 2014, la multinationale espagnole décroche également un contrat pour équiper le centre de contrôle du tunnel de Lakhdaria , le plus important du pays. Pour un montant de 11 millions d’euros, Indra a du s’associer avec Cosider TP dans la réalisation de ce projet dont les travaux ont été étalés sur 15 mois.

Indra possède une succursale à Alger et occupe actuellement plusieurs projets en Algérie dans les domaines des aéroports, du contrôle du trafic aérien, des administrations publiques, de la défense et de l’industrie, entre autres.

LIRE AUSSI L’espagnole CHM: développement fulgurant en Algérie