Incendie de l’établissement hospitalier d’El Oued : les premières mesures

el oued

L’incendie de l’établissement hospitalier mère-enfant Bachir Bennacer d’El Oued, qui a provoqué la mort de huit nourrissons tandis que onze autres nourrissons et quatre employés, 107 femmes et 28 employés ont pu être sauvés in extremis par les agents de la Protection civile, a été vécu comme une tragédie nationale.

Aussi, des décisions urgentes ont été prises, des sanctions déjà notifiées et une enquête diligentée ; en attendant les résultats de l’enquête c’est tout le système sanitaire algérien qui est mis au banc des accusés.

De ce fait, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui a décidé d’arrêter le directeur de Santé de la wilaya d’El Oued, le directeur de l’établissement hospitalier mère-enfant Bachir Bennacer et l’équipe qui assurait la permanence dans la nuit de lundi à mardi où un incendie s’était déclaré et fait huit morts. Les victimes sont des nouveau-nés, dont « trois brûlés et cinq asphyxiés par la fumée ». Onze autres nourrissons, 107 femmes et 28 employés ont été sauvés in extremis par des sapeurs-pompiers ayant réussi fort heureusement à circonscrire les flammes à 4 heures du matin.

Après ce sinistre accident, le premier ministre, Noureddine Bedoui, a ordonné d’ouvrir une enquête pour définir les causes de ce drame et chargé le ministre de la Santé de s’y rendre sur place pour constater les dégâts ; le ministre de la Santé s’est rendu sur les lieux et a ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes et situer les responsabilités.

Les causes de ce sinistre incendie demeurent inconnues, dont certaines sources l’attribue à un court-circuit. Rappelons qu’un accident similaire s’était produit l’an dernier dans ce même établissement hospitalier sans faire des victimes.