Importation: nos banques affectent l’image du pays

banque d'algerie

Les frais de confirmation de la lettre de crédit à l’importation ont triplé, au cours des derniers mois, passant ainsi de 0,4% à 1,04%. Autrement dit, le mauvais comportement de nos banquiers a provoqué une dépense supplémentaire de 10 mille euros sur chaque montant de 1 millions d’euros, lors des opérations d’importation.

En outre, certaines banques étrangères refusent de confirmer certaines lettres de crédit, en raison des lenteurs enregistrées au niveau de certaines banques algériennes, notamment la BEA.

Beaucoup de dossiers d’importation sont en souffrance depuis des mois au niveau des banques qui ne parviennent pas à les traiter.

Quant aux frais des importation sous régime de remise documentaire, les opérateurs algériens commencent à ressentir le poids des charges qui sont apparus suite au mauvais comportement de certaines banques algériennes.

Pour contourner cette contrainte, les opérateurs du pays sont obligés de passer par une assurance dont les frais sont aussi exorbitants.

LIRE AUSSI Haddad: résiliation de contrats dans l’hydraulique