Importation en Algérie d’huile d’olive: Monopole français et marocain

La France, qui ne figure pourtant pas pas parmi les premiers producteurs ou exportateurs de l’huile d’olive dans le monde, reste le principal fournisseur d’Algérie pour cette matière. La France est à la tête des fournisseurs de l’Algérie en occupant soit la première ou la deuxième place avec une part de 27% en 2014 (2ème place ), 22% en 2015 (2ème place ) et 47% en 2016 (1ère place). Le Maroc est également en tête de la liste des fournisseurs de l’Algérie.

Les importations Algériennes de l’huile d’olive en 2016 ont baissé de -42% en quantité et de -23% en valeur comparativement à l’année précédente. Cependant, les huiles d’olives importées sont constituées essentiellement de l’huile d’olive vierge (88% en 2015 et 93% en 2016) conditionnée généralement dans des bouteilles d’une contenance de 0.75 à 1 litre.

La tendance à la hausse des importations de l’huile d’olive qui a marqué ces dernières années, avec un pic enregistré en 2015 atteignant les 520 tonnes s’est inversée au cours de l’année 2016 pour n’enregistrer qu’une quantité de 291 tonnes. Une baisse due certainement à la politique de l’Etat visant la réduction des importations des produits alimentaires.

LIRE AUSSI In Salah: inauguration de la station de déminéralisation de l’eau

Un programme très lent

Le programme de développement des filières stratégiques a tracé comme objectif, une production à l’horizon 2019 de 8,1 millions de quintaux d’olives et le développement des exportations de l’huile d’olive à hauteur de 5 millions de litres (≈4600 tonnes), pour une valeur de 14 millions de dollars. Au cours de l’année 2016, les exportations algériennes de l’huile d’olive ne représentaient que 47 tonnes pour une valeur de 160 000$.

LIRE AUSSI La production industrielle du secteur public en hausse de 1,3% en 2016