Hydraulique: 62 milliards DA pour les nouveaux projets

75 barrages existants, 221 petits barrages et 300 retenues d'eau

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a affirmé lundi à Alger qu’une enveloppe de 62 milliards de dinars a été affectée au financement des nouveaux programmes du secteur visant à améliorer l’approvisionnement en eau potable, élargir les superficies irriguées dans les grands périmètres et réaliser des projets d’assainissement sanitaire.

Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, le ministre a précisé qu’une enveloppe financière de plus de 43 milliards de dinars auxquels s’ajoutent des crédits supplémentaires de 145 milliards de dinars ont été affectés au parachèvement des projets en cours de réalisation dans le cadre des dispositions de la loi de finances 2018.

Necib a fait savoir que la plupart des projets de son secteur qui concernent essentiellement l’assainissement sanitaire ont été dégelés, ajoutant que ces derniers ont bénéficié d’une enveloppe financière globale de 105 milliards de dinars. A cela s’ajoutent de nouveaux projets relatifs au renouvellement et à l’extension des réseaux d’eau outre le dégèle de projets de réalisation de 21 stations d’épuration d’eaux usées dont les travaux débuteront à partir de 2018, indique le ministre.

Le premier responsable du secteur a écarté l’augmentation à l’heure actuelle de la tarification de l’eau qui fera l’objet d’une révision à l’avenir sans pour autant porter atteinte au pouvoir d’achat du citoyen.

Concernant l’aménagement des barrages en espaces touristiques, M. Necib a fait savoir qu’eu égard aux besoins croissants en la matière, notamment dans les wilayas intérieures et dans le but de réduire le taux de décès au niveau des barrages, le secteur des Ressources en Eau a jugé judicieux de prendre cette mesure relative à l’aménagement des barrages et à leur exploitation en tant qu’espaces de loisir.

Dévasement de 10 barrages

Une commission ministérielle a été mise en place pour examiner les projets relatifs à l’opération d’aménagement des barrages et donner son approbation en fonction de la nature de l’aménagement et du respect du cahier de charges, ajoutant que 37 barrages sont concernés par cette opération.

Interrogé sur le phénomène de dévasement des barrages, le ministre a indiqué qu’un programme a été tracé à partir de 2018 visant le dévasement de 10 barrages, soulignant qu’une première drague algérienne pour le dévasement sera réceptionnée à la fin du mois de mars 2018.

Le traitement du phénomène de dévasement des barrages sera entamé en 2018 en coordination avec le secteur agricole en vue de planter des arbres aux alentours des barrages de manière à réduire le risque de glissement de terrain, a-t-il soutenu.

Estimant que la moyenne nationale du phénomène de la fuite d’eau est actuellement de 30 %, le ministre a affirmé que des efforts ont été consentis dans ce sens pour atteindre le taux de 20 % en 2020.

2000 affaires relatives au vol d’eau sont actuellement devant la justice, a indiqué le ministre qui a ajouté que le taux de perte d’eau à travers le raccordement anarchique est de 15 %.

Concernant la capacité de stockage des ressources en eau en Algérie, M. Necib a annoncé qu’elle est de 5 milliards de mètres cubes par an à travers les 75 barrages existants, 221 petits barrages et 300 retenues d’eau.

Soulignant que le ministère a décidé de réaliser une station de dessalement d’eau de mer à l’ouest d’Alger pour répondre à la demande en eau potable, le ministre a indiqué que la hausse du déficit n’est pas écartée durant les trois prochaines années en raison des changements climatiques, ce qui nécessite, a-t-il dit, le renforcement des capacités de production d’eau potable.

Concernant la prochaine saison estivale 2018, le ministre a annoncé l’installation d’un comité national qu’il présidera personnellement pour prendre les mesures nécessaires à même d’assurer l’alimentation régulière en eau potable.

LIRE AUSSI Necib: 9 millions de m3 d’eau volés quotidiennement