Hôtel Lalla Khedidja: révolte contre le groupement turc

Tizi_Ouzou

L’Entreprise Touristique de Kabylie (ETK) est rentrée en conflit avec le groupement algéro-turc, Truva chargé de la réhabilitation de l’hôtel Lalla Khedidja de Tizi Ouzou.

ETK vient, en effet, d’adresser une mise en demeure assez menaçante à l’endroit de Truva et ses deux administrateurs, Duyar Dogan et Chibane Sofiane.

Le marché, ayant pour objet la réalisation des travaux de réhabilitation et modernisation de l’hôtel Lalla Khedidja sis à Tizi-Ouzou, a été signé le 23 mars 2017. L’hôtel devait être livré dans un délai de 12 mois.

Mais les travaux n’ont pas avancé selon le calendrier élaboré par le bureau d’études Scpa Saza.

ETK menace de résilier le contrat et d’appliquer les d’autres mesures coercitives, notamment des retenus sur la caution de bonne fin d’exécution.

Les malheurs se suivent

Le groupement Truva a reçu, en février dernier, la même menace en provenance de l’OPGI de Skikda, par rapport au projet d’étude et de réalisation de 1000 logements publics locatifs à Bouzaaroura dans la wilaya de Skikda. Le marché a été attribué à Truva en date du 29 août 2016, mais n’a pas réellement avancé et taux de réalisation du projet est resté faible. Le retard accusé par rapport aux délais de réalisation risque d’être un facteur décisif dans la résiliation du contrat.

Et comme les malheurs se suivent toujours, nous apprenons, que lors de la dernière semaine de février dernier, la commune d’El Harrach a annulé l’attribution, au profit de Truva, du marché de réalisation d’extension du siège APC. Truva avait remporté ce marché pour un montant de 16,22 millions de dinars.

 

Fruit d’un partenariat privé algéro-turc, la Sarl Truva a été fondée le 10 avril 2006, avec un capital social de 100 millions de dinars. La partie turque est représentée par K I I M T N S V E T L S, alors que du coté algérien, c’est la dynastie Chibane qui est associée à travers les parts détenus par Sofiane et Ali.

LIRE AUSSI Renault: il n’y aura pas de rouille à Tizi Ouzou