Justice: le procès de Hamel dévoile la longue liste des biens de la famille

hamel

Abdelghani Hamel, ancien patron de la DGSN et tous les membres de sa famille comparaissent depuis mercredi au tribunal de Sidi M’hamed où ils sont jugés pour association de malfaiteurs, blanchiment d’argent, fausses déclarations trafic d’influence sur des fonctionnaires et obtention illégale de documents administratifs. Jeudi matin, la juge a entamé la séance en procédant à l’audition de Laanani Hamel, épouse de Abdelghani Hamel.

Après avoir nié toutes les accusations portées à son encontre, cette dernière a affirmé que son seul projet commercial consistait en l’ouverture d’une crèche. Auparavant, la juge avait fait état de l’existence de deux locaux commerciaux à Ouled Fayet et Chéraga. Elle également déclaré au tribunal que les 7000 euros trouvés sur son compte lui avaient été offerts en cadeau par ses enfants.

Le tribunal a également auditionné la fille Hamel, Chahinez. Cette dernière a tenté de se défendre comme elle le pouvait après l’énumération de ses biens : une villa à Ben Aknoun et deux logements, l’un à Chéraga et l’autre à Ben Aknoun. Ce sont des biens dit-elle qu’elle a pu acquérir grâce à ses frères et son père. Interrogée au sujet des trois millions de dinars et des 1600 euros trouvés sur des comptes différents, elle indique qu’il s’agit là de cadeaux faits par son père et son grand-père.

Deux autres enfants de Hamel ont dus eux aussi répondre des biens multiples en leur possession. Ameyar et Chafik se sont eux aussi défendus comme ils le pouvaient affirmant que ses biens ont été achetés ave le fruit de leur travail.

La veille, mercredi, Abdelghani Hamel avait du s’expliquer au sujet de ses 25 comptes bancaires, de ces cinq maisons et des deux terrains qu’il possède.

«Je revendais mes maisons en raison de l’instabilité dans laquelle je me trouvais en raison de mon métier», a-t-il répondu tout en indiquant que ses comptes bancaires étaient destinés à contenir l’argent de ses ventes». Le procès se poursuivra semaine avec l’audition des ex ministres des travaux publics et de la santé, Abdelghani Zaalane et Mohamed Boudiaf, de l’ancien chef du gouvernement Abdelmalek Sellal et de l’ex wali de Tipaza Moussa Ghelaî.

Vingt témoins sont également programmés pour apporter leur témoignage durant ce procès.