Ghardaia: 2.810 hectares, irriguée sous pivots, consacrés aux cultures fourragères

Une surface agricole de , pour soutenir l’essor de la filière lait dans la wilaya de Ghardaïa, a indiqué à l’APS le directeur des services agricoles (DSA).
La luzerne constitue la culture fourragère dominante avec une superficie de 1.175 ha, soit plus de 41,81% de la superficie fourragère totale, suivie du maïs ensilage avec une superficie de 1.160 ha (41%), puis l’orge avec 320 ha (11%) et l’avoine avec 150 ha, a précisé M. Mustapha Djaâboub.
Bien adaptées aux conditions climatiques et à l’environnement aride de la région, ces cultures fourragères se sont avérées indispensable pour renforcer significativement le développement de la filière lait en amont et à améliorer la qualité du produit et le rendement, a-t-il souligné.
La pérennité et l’augmentation de la production laitière dans la wilaya est strictement liée au développement de la culture fourragère, a soutenu le DSA, ajoutant que la formation des agriculteurs aux techniques culturales et à l’extension des cultures fourragères reste primordiale.

LIRE AUSSI L’Algérie est une bonne destination pour les émigrés espagnols

L’élevage représente l’une des principales composantes de l’économie oasienne de la wilaya Ghardaïa. Ce secteur constitue une source importante de revenus pour la population locale et contribue au maintien de l’équilibre écologique de la région, a estimé M. Djaâboub.
L’essor que connait la filière de lait dans la wilaya de Ghardaïa est favorisé par plusieurs facteurs, notamment l’augmentation du cheptel laitier bovin estimé actuellement à prés de 4.000 vaches laitières, l’amélioration du taux de vêlage et l’accroissement des superficies de production de fourrage et de maïs ensilage destiné à la fabrication d’aliment de bétail.
Dans cette perspective, de nombreux investisseurs envisagent de créer dans la wilaya de Ghardaïa de nouvelles exploitations agricoles intégrées alliant l’élevage bovin laitier, la production fourragère et la production de lait et ses dérivés.
Le développement de la filière dans la wilaya vise à pérenniser et accroître la production tout en garantissant la qualité des procédés de pasteurisation, en encourageant la création de nouvelles unités de transformation et de pasteurisation afin de favoriser la conservation sans porter atteinte aux propriétés gustative du lait, a souligné le responsable de la DSA.
Actuellement, plus de 1,2 million de litres de lait frais sont produit mensuellement dans la wilaya de Ghardaïa, signale-t-on.

LIRE AUSSI L’Algérie n’aura pas recours à l’endettement extérieur en dépit des difficultés financières (Tebboune)