Médias français et hirak algérien: l’Algérie rappelle son ambassadeur

mae

L’ambassadeur d’Algérie à Paris (France) est rentré ce jeudi à Alger pour répondre à la convocation du ministère des affaires étrangères.

Mercredi, l’Algérie avait décidé de rappeler « immédiatement » en consultations son ambassadeur en France, suite au caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises qui sont des « attaques contre le peuple Algérien et ses institutions, dont l’Armée nationale populaire », indique mercredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

« Le caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises, dont les derniers en date sur France 5 et la Chaîne Parlementaire, le 26 mai 2020, en apparence spontanés et sous le prétexte de la liberté d’expression, sont en fait des attaques contre le peuple Algérien et ses institutions, dont l’ANP et sa composante, la digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) », précise la même source.

LIRE AUSSI Rapatriement des algériens: arrivée ce mercredi de 297 passagers de Londres

« Cet activisme où l’inimitié le dispute à la rancœur, dévoile les intentions malveillantes et durables de certains milieux qui ne souhaitent pas l’avènement de relations apaisées entre l’Algérie et la France, après 58 ans d’indépendance, et ce dans le respect mutuel et l’équilibre des intérêts qui ne sauraient faire l’objet de concession ou de marchandage », ajoute le communiqué. « Pour ces raisons, l’Algérie a décidé de rappeler immédiatement en consultations son ambassadeur en France », conclut le communiqué du MAE.

Le mouvement El Bina dénonce

le documentaire réalisé par la télévision française, France 5 sur le mouvement populaire en Algérie suscite toujours des dénonciations. Aprs le tollé provoqué sur la Toile, des formations politiques réagissent et dénoncent, de leur côté, « un documentaire orienté» et plein « d’arrière-pensées ». C’est le cas, en effet, du bureau de wilaya de Tizi-Ouzou du Mouvement El Bina. Dans un communiqué rendu publique, le bureau de wilaya d’El Bina a estimé que depuis le départ de la France coloniale de l’Algérie « elle ne rate aucune opportunité pour semer la haine et la division entre les enfants d’une même patrie ». Pour ce bureau de wilaya, « les adeptes de la colonisation, ne cessent de cibler la région de Kabylie avec leurs préjugés et leurs mensonges », dont le but « d’attenter aux valeurs ancestrales de la région ». Le bureau de wilaya d’El Bina veut pour preuve « les deux jeunes présentés dans le documentaire comme étant issus de la région ». « Le but est de présenter la région sous ses aspects les plus honteux », lit-on dans le communiqué, ajoutant que « la région tient plus que jamais ses traditions et sa profondeur historique musulmane ». Le communiqué a ajouté, par ailleurs, qu’il s’oppose toute tentative de manipulation du Hirak pour justifier une quelconque immixtion étrangère dans les affaires internes de l’Algérie. 

LIRE AUSSI Sonatrach: les chinois en conquérants sur les têtes de puits