FNI: la somme des mauvais choix

dollars

Triste histoire. Celle d’un fond d’investissement (FNI), sensé être le levier économique, en charge de financer des projets rentables et générateurs de richesses.

Doté de 7 milliards de dollars comme mise initiale, il se trouve que ce fond était destiné à satisfaire aux lubies des politiques. Ainsi le rachat 51% de participations dans Djezzy, la prise de participation au capital de Axa assurance, l’implication dans le projet Renault, le financement des retraites et une sommes d’autres projets qu’aucun fond d’investissements digne de ce nom n’aurai porté .

La culbute au bout de 3 à 5 ans est la clé de toute les transactions financés par les fonds d’investissements et garder des actions ad-vitam eternaem n’est pas l’approche prodiguée dans ce genre d’investissements .

Finalement, les caisses sont vides, son P-dg, vient d’être changé et la situation non encore clarifiée .

Le sort, de ce qui devait être l’outil ultime de la finance, est scellé en attendant qu’il solde ses positions durs à liquider au vu de ses engagements invendables .

L’intention était bonne, mais le résultat est une catastrophe, pour paraphraser la célèbre Maxime [ l’État est un mauvais investisseur]

LIRE AUSSI Affaire de l’automobile : le verdict sera connu dans quinze jours